Le gouvernement lance une campagne contre les faux sites administratifs qui piègent chaque année un million de personnes

Le site service-public.fr
Le site service-public.fr (DR)

Dans sa campagne d'information, lancée lundi, pour lutter contre les faux sites administratifs, la DGCCRF invite notamment les internautes à consulter en priorité www.service-public.fr qui recense tous les sites officiels.

Le gouvernement lance, lundi 17 septembre, une campagne d'information inédite pour lutter contre les faux sites administratifs, révèle franceinfo. La Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) estime que, chaque année, un million de personnes sont abusées par ces arnaques en ligne pour un préjudice de 150 millions d'euros. En 2017, seules 300 plaintes ont été déposées.

Le recours à la Marianne ou au drapeau tricolore ne garantit pas la fiabilité du site.DGCCRFà franceinfo

Pour repérer les arnaques, la repression des fraudes invite entre autres les internautes à "toujours consulter, et en premier lieu, le portail de l'administration www.service-public.fr qui recense tous les sites officiels". Elle préconise également de vérifier l'URL, car "les sites officiels de l'administration française doivent se terminer par gouv.fr ou .fr mais jamais par gouv.org ou gouv.com".

La DGCCRF alerte également sur le référencement des sites. "L'arrivée en tête des moteurs de recherche n'est pas un gage de site officiel", rappelle l'administration publique. De plus, "tricolore ne veut pas dire officiel, de la même façon qu'un site en .fr ne garantit pas qu'il s'agisse d'un site officiel et que la société qui l'exploite est établie en France".

Bien vérifier la nature de la prestation

Parmi les conseils distillés, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes appelle à être attentif en cas de paiement d'un document, car "se procurer, par exemple, un extrait de naissance, un extrait de casier judiciaire ou une déclaration d'ouverture de chantier est gratuit". Toutefois, "il existe des sites privés qui proposent d'effectuer ces démarches pour le compte de l'usager. Dans ce cas, la prestation sera payante". Une pratique qui n'est pas interdite si "le site ne prend pas l'apparence d'un site officiel", ou encore si "les documents demandés arrivent directement chez l'usager".

Parmi les pièges à éviter, la DGCCRF met en garde les consommateurs sur "le piège à la souscription" ou à "l'abonnement caché" : "L'usager n'identifie pas la nature réelle de la transaction et se retrouve abonné à un service ni souhaité, ni identifié, et au moment de la conclusion du contrat, moyennant un euro pour l'obtention d'un document administratif, il souscrit un abonnement d'un montant mensuel bien supérieur." Il faut donc, "avant de procéder à un quelconque paiement, bien vérifier la nature de la prestation". Enfin, en cas de difficulté, la DGCCRF conseille de prendre contact avec ses propres services ou de passer par des associations de consommateurs.

Vous êtes à nouveau en ligne