Le congé de deuil parental abîme la relation de confiance entre gouvernement et députés LREM

franceinfo

Le gouvernement est chahuté à l'Assemblée nationale mardi 4 février et les ministres ont été priés de s'expliquer sur de nombreux couacs.

Sur le congé de deuil familial, le Premier ministre est venu à la rescousse de sa ministre du Travail Muriel Pénicaud mardi 4 février à l'Assemblée nationale. En petit comité devant les députés de la majorité, Édouard Philippe a assumé "la part de responsabilité du gouvernement" : "Tous ceux qui iront chercher la responsabilité ailleurs, sur Muriel, en interne ou en externe, je leur dis merde !" De nombreux députés LREM étaient en colère, car c'est le gouvernement qui leur a demandé de voter contre l'allongement de ce congé de deuil parental de cinq à douze jours. "On a eu l'impression de passer pour des salauds", a lancé notamment l'un d'eux.

Une série de couacs à régler

Selon un pilier de la majorité, il n'y a jamais eu autant de mécontentement à La République en marche depuis le début du quinquennat. Christophe Castaner a revu sa copie sur l'attribution des étiquettes politiques aux prochaines élections municipales. Cela concernera toutes les communes de 3 500 habitants et plus contre 9 000 auparavant. Sur l'adolescente menacée de mort pour avoir attaqué la religion musulmane, le ministère de l'Intérieur a annoncé qu'elle et sa famille faisaient l'objet d'une protection policière.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne