Langues régionales : Jean-Michel Blanquer froisse les écoles immersives

La question des langues régionales a été évoquée durant les débats sur la loi Blanquer. À ce sujet, le ministre de l'Éducation a tenu des propos qui ont déplu dans les territoires.

En Corse, personne ne remet en cause l'apprentissage de la langue régionale dès la maternelle. Mais le 16 mai dernier, lors d'un débat au Sénat, le ministre de l'Éducation nationale a semblé remettre en cause le bilinguisme. "On doit favoriser les langues régionales, mais on ne doit pas passer de l'autre côté du cheval (...), c'est-à-dire les favoriser à tel point qu'à la fin on ne parle plus français à l'école", a lancé Jean-Michel Blanquer.

13 000 élèves concernés

Dans ces écoles appelées immersives, l'enseignement est d'abord dispensé dans les langues régionales, puis en français. Pour les partisans de cet apprentissage, les propos du ministre ont du mal à passer. "L'immersion, c'est l'exclusion de rien ni de personne", estime une Bretonne. Près de 13 000 élèves seraient actuellement scolarisés dans ces écoles immersives en langues régionales. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne