La ministre du Travail fragilisée par une nouvelle affaire

Muriel Pénicaud est au coeur d'une nouvelle polémique. Après l'affaire du déplacement à Las Vegas d'Emmanuel Macron, la ministre du Travail est mise en cause dans une opération financière bien lucrative. Retour sur l'affaire avec France 3.

En 2013, alors DRH chez Danone, Muriel Pénicaud aurait profité d'un plan social pour réaliser une plus-value boursière de plus d'un million d'euros sur la vente de stock-options. Interpellée à la sortie du Conseil des ministres, Muriel Pénicaut a quitté l'Élysée sans un mot. Au Sénat, les élus de gauche crient au scandale. La ministre du Travail leur a répondu, très embarrassée. "Nous ne sommes pas ici pour des approximations, voire de la démagogie. Il s'agit d'une rémunération décidée des années avant le plan de départs volontaires", s'est-elle justifiée.


Une défense qui passe mal


Ce vendredi 28 juillet, à la mi-journée, le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a tenté de voler au secours de la ministre. Mais chez les députés de l'opposition, cette affaire passe mal, au moment où le Parlement examine deux textes majeurs : la loi travail et celle sur la moralisation de la vie publique. "Pénicaud est un symptôme d'un gouvernement qui fait une politique pour les riches, par les riches", a dénoncé au micro de France 3, François Ruffin, député La France Insoumise. Après l'affaire du voyage d'Emmanuel Macron à Las Vegas en 2016, cette nouvelle polémique fragilise un peu plus la ministre du Travail.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne