Grève : des manifestations prises au sérieux par l'exécutif

France 2

En duplex depuis Matignon, la journaliste Valérie Astruc fait le point sur les potentielles inquiétudes de l'exécutif face à la mobilisation de ce jeudi 22 mars, avant-goût des grèves à venir.

 Ce jeudi 22 mars était considéré comme une journée test pour les syndicats et les manifestants. La mobilisation, et en particulier celle des cheminots, inquiète-t-elle l'exécutif ? "En tout cas, le gouvernement évite d'afficher une posture inflexible", indique la journaliste Valérie Astruc, en duplex depuis Matignon, à Paris. "On admet que ces grèves témoignent d'une inquiètude, et on explique : 'Il ne faut pas avoir peur, Orange, les PTT et EDF se sont bien réformés. Pourquoi pas le reste de la fonction publique ?'", relate-t-elle.

Le temps joue contre le gouvernement

"Mais ce qui inquiète vraiment l'exécutif, c'est le basculement de l'opinion, car cette mobilisation d'aujourd'hui n'est que le début. Se profilent 36 jours de grève à la SNCF d'ici fin mai, et le risque est que les Français, exaspérés de ces blocages, se retournent contre l'exécutif. Or, un proche d'Emmanuel Macron, en privé, redoute précisément un accident massif en raison d'une boulimie de réformes. L'exécutif va suivre attentivement les prochaines grèves à la SNCF, qui débuteront le 3 avril prochain", conclut Valérie Astruc.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne