Les sujets du jour
Réforme des retraitesGrève du 15 janvierÉlections Municipales 2020Incendies en AustralieViolences policièresSégolène Royal

VIDEO. Grand débat national : un an après, le contenu introuvable des cahiers de doléances

Le Grand débat national, vous vous souvenez ? Deux mois de prises de parole, début 2019, dans tout le pays, pour écouter les Français en total "transparence" , avait promis le gouvernement. Alors un an plus tard, la promesse a-t-elle été tenue ?

Il y a un an, les citoyens ont rempli plus de 16 000 cahiers de doléances, en mairies, dans le cadre du Grand débat national. Des cahiers transmis ensuite aux préfectures pour que l’État les analyse. Comme en Corrèze où une équipe de France 2 s'était rendue en février 2019. Mais le contenu de ces cahiers n'a jamais été mis en ligne. 

Nous sommes retournés en Corrèze, à la rencontre de la maire d’une petite commune de 88 habitants, Saint-Geniez-ô-Merle. Les cahiers de doléances, elle y croyait. “J’ai trouvé que c’était une très bonne initiative à la base, se souvient Corinne Boussu, maire (sans étiquette) de Saint-Geniez-ô-Merle (Corrèze). Les gens pouvaient s’exprimer et dire exactement ce qu’ils attendaient du gouvernement.”

Une promesse du gouvernement pas tenue

Mais quand elle cherche une trace de son cahier sur le site du Grand débat... "Rien, constate-t-elle amèrement. Aucun retour, aucune transparence. J’étais optimiste et aujourd’hui je suis un peu déçue quand même.”

Sur le site du Grand débat, le gouvernement publie bien une synthèse issue, entre autres, des cahiers citoyens mais pas l’intégralité des contributions comme il s’y engage toujours sur la plateforme : “Les cahiers citoyens ouverts dans les mairies seront mis en ligne sous licence libre.

Des problèmes techniques en cause ?

Alors que s’est-il passé ? Les préfectures, après avoir récupéré les cahiers, les ont transmis à la Bibliothèque nationale de France (BNF) pour qu’ils soient numérisés. Puis ces documents ont été transformés en texte informatique pour être analysés par des spécialistes. On appelle cela “l’océrisation”.

Ces données, l’État les a gardées pour lui et ne les a jamais publiées sur Internet. Le cabinet de Sébastien Lecornu, ministre qui coanimait le Grand débat, avance des problèmes techniques. “Les cahiers citoyens représentent des téraoctets de données, les héberger en permanence sur le site aurait été trop lourd à mettre en place.”

On ne peut plus faire d’analyses sur ce corpus, qui est un trésor national. (...) C'est dommage.

Gilles Proriol, gérant de Cognito Consulting

Une explication qui ne convainc pas ceux qui ont analysé ces données. “On ne nous a jamais parlé de cette raison-là à l’époque, réplique Gilles Proriol, gérant de Cognito Consulting, l'une des trois entreprises mandatées par le gouvernement pour traiter les contributions. Je ne pense pas qu’elle soit pertinente puisque l’ensemble de nos données tenaient sur nos ordinateurs. Le problème c’est qu’on ne peut plus faire d’analyses sur ce corpus, qui est un trésor national. On n’a jamais collecté autant d’expressions citoyennes en France. C’est dommage.”

Un engagement qui coûtait trop cher

Des cahiers qu’on a fini par retrouver. Pas sur Internet donc, mais aux Archives départementales. En Corrèze, à Tulle, ils sont conservés dans des cartons nichés au 3e étage, sur une étagère. Et c’est pareil pour les 16 337 cahiers : pour en avoir une vue d’ensemble, il faudrait donc faire le Tour de France ! Et se rendre dans chacune des 101 Archives départementales pour demander chaque cahier, un par un. "L’administration s’efforce d’être transparente mais il faut aussi être motivé, je le reconnais”, réagit Justine Berlière, la directrice des Archives départementales de Corrèze.

Relancée, l’administration a fini par reconnaître que la promesse de mise en ligne aurait coûté plusieurs millions d’euros et que ce renoncement était donc aussi financier. La transparence c’est bien, mais il faut s’en donner les moyens.

Le JT
Les autres sujets du JT