Environnement : la loi littoral prend l'eau

Un amendement à la loi littoral qui vise à préserver les 5 500 kilomètres de côtes françaises pourrait à nouveau permettre la construction en bord de mer au cas par cas.

Et si la prochaine loi logement menaçait nos côtes ? Si depuis 1986, la loi littoral encadre strictement la construction immobilière sur plus de 1 200 communes - ce qui a créé des dents creuses, des terrains situés entre deux maisons et qui ne sont légalement plus constructibles - la situation pourrait évoluer. Alors, aménager ou préserver les 5 500 kilomètres de littoral français. Pour Marie-Armelle Echard, de l'association des "Amis des Chemins de Ronde, "Les lézards, les orvets, il y a du monde indépendamment des humains, et c'est ce monde-là qu'il faut préserver".

En finir avec les dents creuses

Un discours qui n'est pas probablement pas du gout de François Jehanno, de l'association des "Plumés du Morbihan" : "Il y a deux choses que je trouve aberrantes : c'est que ce terrain est perdu pour moi et mes enfants, et il est aussi perdu pour l'agriculture parce que personne ne peut rien en faire." En finir avec les dents creuses, c'est l'objectif de cet amendement au projet de loi sur le logement. Pour protéger ces espaces, une pétition en ligne circule, et parmi les signataires, Nicolas Hulot. Pour lui, pas question d'ouvrir les vannes et bétonner les côtes. "Je vais veiller à ce que l'intégrité de cette loi ne soit pas mise en cause", explique-t-il. Globalement, ce sera des aménagements à la marge, et sous triple contrôle pour éviter qu'on s'engouffre dans une brèche. Seule certitude : les constructions à moins de 100 mètres du rivage seront toujours interdites. Une loi littoral touchée, mais pas coulée.

Vous êtes à nouveau en ligne