VIDEO. Emmanuelle Wargon se dit dit "pas très inquiète" à propos de la pétition contre l'État pour inaction climatique

RADIO FRANCE / FRANCEINFO

La secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire réagit lundi sur franceinfo à la pétition en ligne qui soutient un recours en justice contre l'Etat pour qu’il respecte ses engagements climatiques. Elle dépasse les deux millions de signatures.

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Emmanuelle Wargon, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire s'est dit ce lundi sur franceinfo "pas très inquiète" d'éventuelles suites judiciaires contre l'inaction du gouvernement pour le climat. Quatre ONG ont lancé une pétition sur le site laffairedusiecle.net qui vise à soutenir un recours en justice contre l'État français pour qu'il agisse plus fortement pour préserver la planète. La pétition a été signée par plus de deux millions de citoyens.

"Je suis assez confiante sur la partie juridique parce qu'on a en réalité fait beaucoup d'actions, des lois de programmation, de l'investissement. Quand on en sera devant un tribunal, je ne suis pas très inquiète. Ce n'est pas la partie juridique qui m'intéresse dans cette histoire, c'est l'interpellation. Si ces deux millions de personnes se mettent à agir pour la planète, c'est très puissant" a-t-elle déclaré.

"Déjà pas mal de choses sur la table"

Peut-on être ministre et se féliciter qu'une pétition dénonce l'inaction d'un gouvernement ? "C'est bien qu'on ait deux millions de personnes qui disent il faut agir plus vite pour l'environnement. Est-ce que l'action de l'Etat est suffisante ? En tant que secrétaire d'État à la Transition écologique et solidaire, avec François de Rugy et Brune Poirson, nous pensons que nous avons déjà fait beaucoup, nous et les précédents, qu'on investit déjà assez massivement sur la transition énergétique, qu'on travaille à la transition agricole avec Didier Guillaume [ministre de l'Agriculture]. Il y a déjà pas mal de choses sur la table."

"Que le débat ait lieu, qu'il y a une appréciation politique sur est-ce que nous allons assez vite et assez fort, cela me parait sain. L'aiguillon des associations et des citoyens, je le trouve plutôt positif", a-t-elle affirmé.

Franceinfo est partenaire de la consultation "Agissons ensemble pour l'environnement" avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

Vous êtes à nouveau en ligne