Éducation : privatiser les lycées français à l'étranger ?

Voir la vidéo
FRANCE 2

Le gouvernement souhaite privatiser de nombreux établissements scolaires français à l'étranger pour réduire ses frais. Mais les parents d'élèves craignent des conséquences lourdes.

Le drapeau russe flotte au-dessus du palais de l'Ermitage. Pourtant, dans ce quartier de Saint-Pétersbourg (Russie), un drapeau français s'affiche. L'école André Malereaux dépend du lycée Alexandre Dumlas de Moscou. Ces deux établissements, homologués par l'Éducation nationale, prennent en charge les petits Français expatriés et des locaux attirés par la bonne réputation. Ici, les parents déboursent près de 5 000 € de frais de scolarité chaque année. Répartis dans 137 pays, il existe au total 492 établissements français qui accueillent 350 000 élèves. Parmi eux, 227 sont en gestion directe, subventionnés, avec des professeurs affectés par l'Éducation nationale et un budget de 355 millions d'euros.

Privatiser davantage les lycées français à l'étranger

L'État français souhaiterait désormais se désengager en partie et privatiser plus d'établissements, notamment ceux de Russie. À Saint-Pétersbourg, les parents d'élèves craignent une baisse de niveau ou une hausse des frais de scolarité. Le modèle souhaité par l'État est celui du lycée Churchill de Londres, au Royaume-Uni. L'établissement suit les programmes français, mais est géré comme une entreprise. Chaque année, les parents dépensent 12 000 € par an, ce qui est en dessous de la moyenne des écoles privées britanniques. Ici, les enseignants n'ont pas besoin d'avoir le CAPES et peuvent venir du monde entier, être recrutés ou licenciés directement par le lycée.