Edouard Philippe annonce un nouveau plan contre l'antisémitisme

Le Premier ministre Edouard Philippe, lundi 2 octobre 2017 à la synagogue de la rue Buffault, à Paris.
Le Premier ministre Edouard Philippe, lundi 2 octobre 2017 à la synagogue de la rue Buffault, à Paris. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Le chef du gouvernement s'exprimait lors des vœux à la communauté juive à l'occasion du Nouvel an juif, à la synagogue de la rue Buffault à Paris.

Un mal qui "emprunte à la fois à l'hydre et au phénix (...) : quand on le croit disparu, il réapparaît encore et encore". Le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé lundi 2 octobre au soir que l'Etat mettrait en œuvre à partir de 2018 un nouveau plan pluriannuel de lutte contre l'antisémitisme.

Le chef du gouvernement s'exprimait lors des vœux à la communauté juive à l'occasion du Nouvel an juif, à la synagogue de la rue Buffault à Paris, en présence notamment du ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer et de représentants des cultes.

[Nous devons] nous battre ensemble –et quand je dis ensemble c'est bien tous ensemble, toutes confessions, toutes philosophies confondues–, contre cette bête immonde qu'est l'antisémitisme.Edouard Philippe

Les réseaux sociaux dans le viseur

Pour le chef du gouvernement, si les actes antisémites ont baissé en 2016 (-58,5%), ce recul "ne doit pas faire oublier une autre réalité", celle de la "banalisation de l'antisémitisme et de sa forme réinventée (...) qu'est l'antisionisme".

Rendant hommage à Manuel Valls –présent lundi soir et très applaudi– et à son plan national de lutte contre le racisme et l'antisémitisme de 100 millions d'euros lancé au printemps 2015, Edouard Philippe a annoncé qu'un nouveau plan du même type serait mis en oeuvre "pour la période 2018-2020".

"Un de ses objectifs sera de combattre l'antisémitisme sur internet, en particulier le déferlement de haine qui s'abat sur les réseaux sociaux", a-t-il précisé. "Nous ne laisserons rien passer et vous ne serez pas seuls dans ce combat car ce combat, c'est évidemment celui de toute la République", a encore fait valoir le Premier ministre. 

Vous êtes à nouveau en ligne