DIRECT. Démission de Gérard Collomb : Emmanuel Macron minimise en parlant de "péripéties"

Ce direct est terminé.

Une nuée de caméras l'attendait à son arrivée, gare Perrache.

L'ancien ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, est arrivé à Lyon mercredi 3 octobre après avoir remis les clés de la place Beauvau au Premier ministre Edouard Philippe. Son remplacement devrait intervenir dans "quelques jours", a par ailleurs assuré Benjamin Griveaux, le porte-parole du gouvernement. Suivez les derniers développement avec franceinfo.

Opération communication de la macronie. Emmanuel Macron a minimisé la portée de la démission de son ministre de l'Intérieur, estimant "qu'il y un gouvernement au travail" et que "le reste ce sont des péripéties".

Edouard Philippe auprès des forces de l'ordre. Pour son premier déplacement en tant que ministre de l'Intérieur par intérim, Edouard Philippe est mercredi après-midi à Nanterre pour féliciter les policiers qui ont interpellé tôt dans la matinée le braqueur Redoine Faïd.

"On touche à la vie de tous les Français."Lors de sa passation de pouvoirs, Gérard Collomb a longuement vanté son bilan pendant ses seize mois passés à l'Intérieur. "On touche à la vie de tous les Français", a-t-il dit. Edouard Philippe l'a, de son côté, remercié pour son action gouvernementale. "J'ai pu apprécier la très grande culture qui est la vôtre, le caractère direct de votre expression", a-t-il déclaré.

"Oui, je reviens à Lyon." "J'ai expliqué au président que les Français et les Lyonnais avaient besoin que les choses soient claires. J'ai toujours accompli ce que j'avais dit et ma priorité, c'est de m'engager avec les Lyonnais", avait détaillé mardi soir Gérard Collomb dans une interview accordée aux journaux du groupe Ebra.

22h05 : "Je ne suis pas un intermittent".

Le président de la métropole de Lyon préfère avertir Gérard Collomb. Dans une interview accordée au Figaro, David Kimelfeld explique qu'il a "envie de jouer un rôle" en 2020. Il assure aussi qu'il n'était pas au courant du retour précipité du désormais ancien ministre de l'Intérieur.

20h32 : Vous êtes nombreux à faire un lien entre les départs de Gérard Collomb et de François Molins. Mais celui du procureur de Paris était programmé depuis longtemps. Par ailleurs, nous n'avons aucune information concernant le fait qu'il pourrait arriver Place Beauvau.

20h32 : Je réitère ma question du jour : annoncer le successeur de Molins aujourd'hui, n'est-ce pas préparer sa nomination à l'Intérieur ?

19h19 : "Moi, ce n'est pas ce que j'ai ressenti. Je n'ai pas ressenti de tension."

Tendue la passation de pouvoir ce matin avec Edouard Philippe ? L'ancien ministre de l'Intérieur a répondu sur le plateau de France 3 Rhône-Alpes.

19h11 : Le désormais ancien ministre de l'Intérieur s'exprime en ce moment dans le 19/20 de France 3 Rhône-Alpes. Franceinfo diffuse son intervention en direct. Ca se passe ici.



(FRANCEINFO)

16h15 : Fragilisé par la démission forcée de Gérard Collomb, Emmanuel Macron inaugure actuellement le Mondial de l'auto à Paris. Il déambule actuellement de stand en stand, sans faire de déclaration au sujet de la situation politique.

15h22 : Gérard Collomb a démissionné ce matin. Il porte ainsi à sept le nombre de ministres ayant quitté le gouvernement. Franceinfo revient en images sur ces départs.

15h17 : Les questions au gouvernement reprennent aujourd'hui. "Il n'y a pas de crise de l'Etat", réaffirme Benjamin Griveaux interrogé sur la démission de Gérard Collomb. Et réclame une ovation pour les policiers qui ont permis d'arrêter Redoine Faïd. Sans succès auprès des députés de droite. "Les forces de l'ordre apprécieront", conclut le porte-parole du gouvernement.

14h20 : Le remaniement (et donc le remplacement définitif de Gérard Collomb) n'est "que l'affaire de quelques jours", indique Benjamin Griveaux lors du compte-rendu du conseil des ministres.

14h01 : Gérard Collomb va donc pouvoir faire son retour à Lyon. Comment a-t-il fait pour partir du gouvernement, contre l'avis du président de la République ? Nous retraçons les dernières semaines de l'ancien ministre de l'Intérieur dans un article.




(LUDOVIC MARIN / AFP)

14h08 : "Il n'y a pas de crise politique" après le départ de Gérard Collomb du gouvernement, a estimé Emmanuel Macron lors du Conseil des ministres, rapporte Benjamin Griveaux.

13h10 : Merci pour votre gentil message, @anonyme, même si je suis loin d'être un fin éditorialiste politique ! Plutôt que de vous livrer une interprétation bancale, je vous invite à lire l'article du Monde (malheureusement réservé aux abonnés) qui raconte les coulisses du divorce entre Gérard Collomb et Emmanuel Macron. On y apprend notamment que le chef de l'Etat a été très agacé du comportement de son ministre, qui s'est défaussé "sur la préfecture de police et le cabinet du président plutôt que de le protéger" lors de l'affaire Benalla.

13h10 : Bon appétit Vincent et bon courage pour lire nos commentaires et nos questions. En voici une : le pouvoir est-il fragilisé finalement depuis l'affaire Benalla ?

12h50 : Bonjour à tous les deux et à tous ceux qui nous ont posé une question similaire. Pour la petite histoire, sachez que cette interrogation revient dans les commentaires de ce direct à chaque remaniement. Concernant Gérard Collomb, la réponse est non : puisque l'ancien ministre de l'Intérieur doit récupérer son fauteuil de maire de Lyon dans les prochains jours, il ne pourra pas prétendre à l'indemnité de trois mois équivalents à son ancien traitement mensuel, comme nous l'expliquions ici.

12h49 : Bonjour franceinfo ! Pouvez vous nous préciser si les ministres démissionnaires continuent ils de recevoir des indemnités de l'état ? Je pensais qu'ils signaient pour 5 ans.😁 C'est très opportuniste de quitter un navire qui prend l'eau pour assurer sa place politique.

12h49 : Gérard Collomb va-t-il continuer à profiter des avantages ministériels ?

12h41 : Le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand s'exprime actuellement devant la presse parlementaire. Il revient sur la démission au forceps de Gérard Collomb, qu'il qualifie de "rupture non conventionnelle". "Ce n'est ni un drame ni un épiphénomène", explique-t-il, avant d'assurer l'ancien ministre de son amitié.

11h10 : Vous avez tout juste @Judéric ! Raymond Barre a été Premier ministre et ministre de l'Economie et des Finances entre 1976 et 1978.

11h10 : Il me semble que Raymond Barre avait cumulé avec les fonctions de ministre de l'Economie et des Finances, sans que ce soit de façon intérimaire.

11h18 : Bonjour @anonyme. C'est la première fois sous la Ve République qu'un Premier ministre va cumuler sa fonction avec celle de ministre de l'Intérieur. Cela s'est en revanche produit pendant la IVe République, ainsi que sous Vichy, note un journaliste sur Twitter. Par ailleurs, plusieurs anciens Premiers ministres ont déjà assuré des intérims de ministres.

10h58 : Un premier ministre a-t-il déjà été ministre de l'intérieur en même temps ou c'est inédit ?

10h22 : Maintenant qu'il n'est plus ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb va se consacrer de nouveau à la politique lyonnaise. Un retour qui ne fait pas forcément l'unanimité sur place, comme le montre ce reportage de Christophe Vincent.

10h00 : Gérard Collomb était un ministre de l'Intérieur "réceptif et attentif, à l'écoute des policiers", selon le secrétaire général du syndicat des commissaires de la police nationale. David Le Bars était interrogé ce matin sur franceinfo.

09h54 : "Le Premier ministre ayant vocation à aller partout sur le territoire, il pourra arriver qu'il se rende à Lyon et il en sera très heureux."

Assez brève, l'intervention du successeur de Gérard Collomb s'est terminée sur une référence à la ville de Lyon, dont Gérard Collomb devrait redevenir le maire dans les jours qui viennent.

09h51 : C'est au tour d'Edouard Philippe de prendre la parole. "Au moment où vous vous apprêtez à quitter Beauvau, je veux vous remercier des 16 mois de travail que nous avons passés ensemble au service des Français. j'ai pu apprécier la très grande culture qui est la vôtre, le caractère direct de l'expression", dit-il à Gérard Collomb.

09h50 : "Je suis comme vous, monsieur le Premier ministre, un Girondin ! Quelqu'un qui vient d'une ville qu'on aime toujours."

Au milieu d'un discours très austère, Gérard Collomb se permet un petit moment de complicité avec le Premier ministre.

09h40 : Gérard Collomb livre un long développement sur son bilan à la tête du ministère de l'Intérieur, avant de donner un conseil au Premier ministre : "La situation est très dégradée dans les quartiers. Le terme de reconquête républicaine y prend tout son sens."

09h36 : "C'est toujours avec beaucoup de regrets qu'on quitte le ministère de l'Intérieur, car c'est un très grand ministère. J'ai beaucoup aimé travailler avec l'ensemble des agents de ce ministère."

Gérard Collomb prend la parole au côté d'Edouard Philippe sur le perron de la place Beauvau.

09h32 : Des journalistes et des politiques commentent cette incroyable image de Gérard Collomb attendant seul le Premier ministre sur le perron du ministère.

09h29 : Le Premier ministre Edouard Philippe vient d'entrer à pied dans la cour du ministère de l'Intérieur.

09h27 : La passation de pouvoirs semble avoir pris du retard. Le ministère de l'Intérieur a brutalement coupé la diffusion en direct des images alors que Gérard Collomb attendait sur le perron, les bras croisés, depuis une dizaine de minutes. Le Premier ministre, qui participait à un conseil restreint de défense à l'Elysée, est attendu d'une minute à l'autre.

09h21 : La passation de pouvoirs est diffusée en direct sur le compte Facebook du ministère de l'Intérieur.




09h18 : La passation de pouvoirs entre Gérard Collomb et Edouard Philippe est imminente. Alors que Gérard Collomb attend, seul, sur le perron de la place Beauvau depuis plusieurs minutes, les journalistes n'ont toujours pas été autorisés à pénétrer dans l'enceinte du ministère, selon un reporter de BFMTV.

08h53 : Désaccord ou pas, il n’y avait aucune urgence à revenir à Lyon dès aujourd’hui en désertant son poste. Le comportement inconséquent de Gérard Collomb est assez typique de la classe politique : courage fuyons ! C’est nul et il faut espérer qu’il le paiera un jour dans les urnes !

08h53 : Depuis sa prestation devant la commission parlementaire pendant l affaire Benalla, il était totalement déconsidéré. Un ministre de l Intérieur qui ne sait rien, ne connaît personne et rejette tout sur les autres n a plus rien à faire à ce poste. Et place aux jeunes, au gouvernement comme à la mairie de Lyon. Bonne retraite !

08h53 : Je suis Policier et je me réjouis de la démission de Mr Collomb... espérant réellement avoir en remplacement un ministre à la hauteur et plus jeune

08h53 : Dans les commentaires, vous êtes plutôt sévères à l'égard de Gérard Collomb. Voici quelques-unes de vos réactions à cette démission.

09h03 : La passation de pouvoirs entre Gérard Collomb et Edouard Philippe aura lieu à 9h15 au ministère de l'Intérieur.

08h32 : Nous n'avons pas encore eu le temps de jeter un œil aux unes de vos journaux. En ce jour de la Saint-Gérard (ça ne s'invente pas !), la plupart des titres nationaux évoquent la démission du ministre de l'Intérieur et le psychodrame au sommet de l'Etat.



08h00 : Comment expliquer cette démission fracassante de Gérard Collomb ? Un ténor de la macronie a fait cette confidence au Parisien : "Gérard est triplement sous pression : extrêmement fatigué, dépressif et poussé par sa femme à partir. Il est en mode : J’envoie tout balader. Il est à bout". Egalement cités par Le Parisien, un conseiller du pouvoir affirme qu’un "puputsch" couvait à Lyon, et un responsable LREM assure que Gérard Collomb était rentré "traumatisé d'un meeting samedi dans sa ville".

Vous êtes à nouveau en ligne