Budget de l'Etat : les mesures "gilets jaunes" fragilisent la situation du pays, selon la Cour des comptes

Manifestation des \"gilets jaunes\", à Bordeaux, le 2 février 2019.
Manifestation des "gilets jaunes", à Bordeaux, le 2 février 2019. (LAURINE BENJEBRIA / FRANCE-BLEU GIRONDE)

Les mesures annoncées en décembre par Emmanuel Macron pour répondre au mouvement des "gilets jaunes" fragiliseront la situation budgétaire de la France, selon le rapport annuel de la Cour des comptes rendu public mercredi, qui confirme les prévisions du gouvernement.

La Cour des comptes décerne une mauvaise note pour le budget de l'Etat dans son rapport annuel publié mercredi. Selon elle les mesures annoncées en décembre par Emmanuel Macron pour répondre au mouvement des "gilets jaunes" vont fragiliser la situation budgétaire de la France, confirmant les prévisions du gouvernement.

Les annonces coûteront 11 milliards d'euros

Le total des annonces faites par le président de la République au mois de décembre coûteront 11 milliards d'euros dans le budget de l'Etat en 2019 : près de quatre milliards d'euros pour l'annulation de la hausse des taxes sur les carburants, près de trois milliards d'euros pour la prime d'activité élargie et augmentée, plus d'un milliard d'euros pour le maintien de la CSG à taux réduit pour une partie des retraités, sans oublier les heures supplémentaires défiscalisées. Le déficit de la France passera à 3,2%, au lieu des 2,8% initialement prévus.

Les perspectives de croissance se sont affaiblies

Ces baisses d'impôts s'ajoutent aux 20 milliards d'euros en moins pour le budget de l'Etat liés à la transformation du Crédit d'impôt compétitivité emploi (CICE) en baisse de charges pour les entreprises. Pour le gouvernement, ces mesures de relance devraient théoriquement soutenir le pouvoir d'achat et donc la consommation. Mais la Cour des comptes souligne que les perspectives de croissance se sont affaiblies en France compte tenu du contexte européen.

Pour les Sages, il ne sera donc pas facile de redresser les finances publiques en 2019. La Cour estime que la France n'a plus vraiment de marges budgétaires en cas de crise ou de retournement conjoncturel. Elle est désormais l'un des pays les plus endettés en Europe, après la Grèce, l'Italie ou le Portugal.

Vous êtes à nouveau en ligne