VIDEO. Pour Marine Le Pen, il y a "des cas où il est utile de faire parler" sous la torture

BFMTV / YOUTUBE

La présidente du Front national était l'invitée de BFMTV et RMC, mercredi.

Il y a "des cas où il est utile de faire parler" sous la torture. Interrogée par BFMTV et RMC sur le rapport accablant du Sénat américain concernant les pratiques de la CIA en matière de torture, Marine Le Pen a justifié, mercredi 10 décembre, l'usage de la torture pour des questions de terrorisme. 

"Moi, je crois que les gens qui s'occupent des terroristes et accessoirement de leur tirer des informations, lorsque ces informations leur permettent de sauver des vies civiles, sont des gens qui sont responsables", a affirmé la présidente du Front national

"Tranquilou Marine Le Pen légitime la torture"

Relancée par Jean-Jacques Bourdin, Marine Le Pen a expliqué que, dans les cas où "une bombe doit exploser dans une heure ou dans deux heures et peut faire 200 ou 300 victimes civiles, il est utile de faire parler la personne pour savoir où est la bombe". "Même sous la torture ?", insiste Jean-Jacques Bourdin. "Avec les moyens qu'on peut", répond alors Marine Le Pen.

Ces propos ont immédiatement fait réagir sur les réseaux sociaux, notamment la secrétaire d'Etat chargée de la Famille, Laurence Rossignol.

Marine Le Pen a ensuite démenti avoir justifié l'usage de la torture, sur Twitter, dénonçant une "interprétation malveillance". "'Les moyens qu'on peut' : les moyens de la loi, évidemment pas la torture", a-t-elle écrit. 

Vous êtes à nouveau en ligne