VIDEO. Fusion Siemens-Alstom : Marine Le Pen est "ravie que le mariage n'ait pas lieu"

RADIO FRANCE

La présidente du Rassemblement national a estimé mercredi que le projet de rapprochement entre les groupes français et allemand était un "don". 

"Pourquoi nos dirigeants passent leur temps à brader les champions industriels français ?", s'est interrogée Marine Le Pen, invitée mercredi 6 février de franceinfo, à propos du projet de fusion Siemens-Alstom auquel la Commission européenne devrait opposer un veto

"Je suis ravie que le mariage n'ait pas lieu. Ce n'était d'ailleurs pas un mariage, objectivement, c'était un don que nous faisions à Siemens de Alstom, qui est une très grande industrie", a poursuivi la présidente du Rassemblement national (RN). "C'était un véritable scandale. D'ailleurs, Alstom a je crois huit ans de carnets de commande, 40 milliards de commandes, on va s'en sortir extrêmement bien", a-t-elle ajouté.

Marine Le Pen s'est indigné de rapprochements industriels passés ou à venir : "On l'a fait avec la branche énergie d'Alstom, avec Alcatel-Lucent, on l'a fait avec Technip, on l'a fait avec l'aéroport de Toulouse, on s'apprête à le faire avec les aéroports de Paris… stop !"

"Tout ça appartient aux Français"

"La décision que s'apprête à prendre la Commission européenne va servir les intérêts économiques et industriels de la Chine", a déclaré le ministre de l'Economie et des Finances sur France 2. "Avant que les Chinois vendent des trains en Europe, il y aura de l'eau qui aura coulé sous les ponts", a répliqué Marine Le Pen. "Stop avec ce genre de mensonges qui visent en réalité à dépecer et donc à exproprier en quelque sorte les Français de leur propre patrimoine. Parce que tout ça n'appartient pas à monsieur Macron (...), pas plus que ça n'appartenait hier à messieurs Sarkozy et Chirac. Tout ça appartient en réalité aux Français", a martelé Marine Le Pen.

Vous êtes à nouveau en ligne