Rencontre entre un ultra-nationaliste et un « hugueur »

Les partisans de Jean-Marie Le Pen se sont réunis lundi 1er mai à Paris. L’occasion pour l’humoriste Jean-Benoît Diallo de tenter une expérience : offrir des « hugs » à ces derniers.

Jean-Benoît Diallo, comédien et humoriste, est venu proposer aux partisans de Jean-Marie Le Pen des câlins gratuits. Parmi eux, Thomas Joly, secrétaire général du parti de la France. « Vous êtes musulman ? », demande l’homme d’extrême-droite au comédien. « Non, je suis non pratiquant, je suis athée », réplique ce dernier. Plus tard dans la conversation, Thomas July lui dit : « Un étranger qui travaille à la place d'un Français prend la place d'un Français. Nous estimons que l'immigration c'est du parasitage social », déclare Thomas July. Réponse de l'humoriste : « Dans ce cas-là les Français qui travaillent à l'étranger vous appelez ça comment ? ».

« Des noms de Gaulois »

Le secrétaire général du parti de la France poursuit sur sa lancée : « nos ancêtres ont fait la guerre, ils n'ont pas été lâches. On a défendu notre pays et sur les monuments aux morts, il est écrit le nom des Français, c'est des noms de Gaulois. On va décoloniser la France ». Mais lorsque Jean-Benoît Diallo, de mère française « blanche aux yeux bleus » et de père sénégalais, lui demande où il devra aller si jamais le parti de la France accède un jour au pouvoir, la réponse est floue : « Là où vous aurez envie d’aller… si vous vous comportez comme un Français il n’y a pas de souci ».

Vous êtes à nouveau en ligne