Parlement européen : des assistants parlementaires FN soupçonnés de fraude

Le Front national nie en bloc et assure qu'il s'agit d'une manœuvre politique à quelques jours des élections départementales.

Martin Schulz, le président du Parlement européen a saisi l'organisme anti-fraude de l'UE, l'Olaf, d'éventuelles irrégularités financières commises par le Front national. Et pour cause, certains cadres du parti seraient rémunérés comme des assistants parlementaires européens alors qu'ils ne rempliraient pas cette fonction. Ils sont même suspectés de ne jamais mettre les pieds à Bruxelles ou Strasbourg.

Marine Le Pen dénonce un acharnement politique

Au total, 20 personnes, officiellement rémunérées comme assistants parlementaires de députés européens du Front national, auraient en fait des responsabilités politiques qui n'ont aucun rapport avec l'Europe. "Il faut maintenant vérifier où ils travaillent en réalité. (...) On ne peut pas être payé par le Parlement européen et travailler pour un parti", a indiqué Martin Schulz.
La présidente du Front national, elle, dénonce un acharnement politique. "Nous n'avons encore une fois rien à nous reprocher dans ce domaine, comme dans bien d'autres, mais j'ai bien compris qu'en ce moment il fallait à tout prix, et avec tous les moyens possibles et inimaginables, tenter de nuire au Front national".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne