Marine Le Pen en visite à La Trinité-Porhoët, devenue symbole de la percée du FN en Centre-Bretagne

Marine Le Pen en visite en 2012 en Centre-Bretagne chez Pierre-Marie Launay, producteur de lait bio et candidat du Front national aux élections législatives.
Marine Le Pen en visite en 2012 en Centre-Bretagne chez Pierre-Marie Launay, producteur de lait bio et candidat du Front national aux élections législatives. (FRIONNET CYRIL / MAXPPP)

Marine Le Pen tient ce jeudi soir un meeting dans une exploitation laitière à La Trinité-Porhoët, dans le Morbihan. Dans ce village enclavé de Centre-Bretagne, le vote FN s’est décomplexé et culmine à des niveaux jamais atteints.

Pour les élus et militants de la région Centre-Bretagne, la venue de Marine Le Pen en meeting, jeudi 30 mars, est inespérée. "Il y a certains marchés où des gens me disaient : ‘Il y a une dizaine d’années, vous seriez venus avec vos tracts, vous vous seriez fait lyncher !’ Maintenant, on est accueillis, les gens viennent vers nous pour prendre nos tracts…", se félicite Agnès Richard, l’une des douze élus Front national de la région Centre-Bretagne. 

Marine Le Pen a choisi une exploitation laitière de La Trinité-Porhoët pour son meeting. "Qu’elle vienne ici, à La Trinité-Porhoët, 686 habitants, se réjouit l’élue, pour la militante de la première heure que je suis, c’est un beau cadeau. Il ne se passe jamais rien dans la commune alors beaucoup de gens vont venir la voir."

La Trinité-Porhoët, devenue symbole de la percée du FN en Centre-Bretagne
--'--
--'--

La Trinité-Porhoët symbolise la percée du Front national dans le Centre-Bretagne. En 2012, le score en faveur de Marine Le Pen a dépassé de dix points celui de la région et, entre les deux dernières régionales, le score du FN y a plus que triplé. Le maire de la commune, Alain Buot, apolitique, botte en touche quand on l’interroge sur la venue de Marine Le Pen : "C’est la campagne électorale, que voulez-vous que je vous dise ? On ne peut pas dire que ce soit une publicité très positive, ni que cela serve la cause de La Trinité-Porhoët", déplore-t-il.

"On nous abandonne"

Nicolas, l’agriculteur qui accueille Marine Le Pen sur son exploitation, assume : "Mme Le Pen est la seule qui soutienne aujourd’hui le monde agricole, défend Nicolas. C’est le problème de la crise du lait : on nous abandonne. Je travaille 80 heures par semaine et je ne gagne pas un rond." Pour ce meeting à la ferme, Gilles Pennelle, président du groupe FN à la Région, espère un millier de personne. "Marine Le Pen est déjà venue en Bretagne dans des exploitations agricoles, précédemment, en 2012, etc. Et son message aujourd’hui est de plus en plus attendu et entendu", assure-t-il.

Sur le marché de La Trinité-Porhoët , un habitant n'est plus à convaincre, il assure qu’il votera Le Pen : "Je vous le dis carrément ! Parce qu’il faut bien que ça change un peu. Avant, j’étais plutôt PSMais quand je vois ma femme qui a bossé toute sa vie, qui a élevé trois enfants, elle a 300 euros par mois. Un étranger qui arrive, croit-il savoir, il ne paie pas son loyer, il a tout et il ne paie rien. Il y a un problème quelque part…"