Marine Le Pen a-t-elle eu recours à un emploi fictif ?

FRANCE 2

La présidente du Front national doit faire face à une polémique grandissante après des accusations la soupçonnant d'avoir eu recours à un emploi fictif au Parlement européen.

C'est un homme de l'ombre qui paraît cependant incontournable dans l'entourage de Marine Le Pen. Thierry Légier est actuellement au coeur d'une affaire d'emploi fictif qui empoisonne la campagne de la candidate du Front national à la prochaine élection présidentielle. Il aurait en effet été rémunéré en tant qu'assistant parlementaire de la députée européenne alors qu'il n'est que son garde du corps.

Une histoire de "régularisation" ?

Une accusation portée par les services antifraudes de l'Union européenne dans un rapport qui a été dévoilé par Mediapart et Marianne. "L'Olaf considère que madame Le Pen a produit au Parlement européen un contrat de travail apparemment faux", écrivent les membres de la brigade d'enquête, qui ajoutent que "la députée a reconnu que monsieur Légier n'a rien perçu en vertu de ce contrat". Florian Philippot, porte-parole de la présidente du Front national, évoque une "régularisation" pour justifier l'existence de ce contrat.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne