Le FN confirme que la campagne présidentielle de Marine Le Pen sera en partie financée par un prêt de son père

La presidente du Front national, Marine Le Pen, et son père, Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2014 à Paris.
La presidente du Front national, Marine Le Pen, et son père, Jean-Marie Le Pen, le 1er mai 2014 à Paris. (MICHAEL BUNEL / AFP)

Le micro-parti de Jean-Marie Le Pen prêtera 6 millions d'euros à la campagne de sa fille. Cette dernière l'a pourtant exclu du Front national.

Entre Marine Le Pen et son père Jean-Marie, on ne peut pas dire que les relations soient au beau fixe. Pourtant, ce dernier va aider la campagne de sa fille, par un prêt de 6 millions d'euros concédé par son micro-parti Cotelec, a annoncé le directeur de campagne de Marine Le Pen, David Rachline, à l'AFP, samedi 31 décembre. Cet arrangement avait déjà été évoqué en septembre par Le Parisien, sans être confirmé par le FN.

"Il n'y a rien de nouveau sous le soleil", a assuré David Rachline. L'accord date, selon lui, "d'il y a plusieurs mois". Jusqu'ici, les dirigeants du FN n'avaient évoqué que des "discussions" avec le fondateur du parti d'extrême droite, qui avait lui confirmé ce prêt.

Un prêt en Russie démenti par le trésorier

En novembre, la justice a validé l'exclusion de Jean-Marie Le Pen du Front national, mais a estimé qu'il restait président d'honneur du parti. Le FN a fait appel de cette seconde décision. Jean-Marie conteste toujours, de son côté, son exclusion.

Le financement du Front national et de ses campagnes électorales est un sujet de débat récurrent. Le 21 décembre, Le Canard enchaîné affirmait que le FN avait emprunté près de 28 millions d'euros en Russie, une information démentie par le trésorier du parti, Wallerand de Saint-Just. Le secrétaire général du parti, Nicolas Bay, avait alors reconnu que le FN n'avait "pas encore trouvé l'ensemble du financement" pour sa campagne électorale.