Emmanuel Macron s'invite à un repas de la liste LREM pour les élections européennes

Emmanuel Macron, lors de la réception du Premier ministre irakien à l\'Elysée, le 3 mai 2019.
Emmanuel Macron, lors de la réception du Premier ministre irakien à l'Elysée, le 3 mai 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Mardi soir, le président de la République a participé à l'improviste à un repas organisé par "Renaissance", la liste La République en marche aux élections européennes.

Deux ans jour pour jour après son entrée à l'Elysée, Emmanuel Macron est entré en campagne pour les élections européennes. Mardi 7 mai, le président de la République s'est invité à un dîner de la liste "Renaissance", celle de La République en marche, portée par Nathalie Loiseau, au moment où elle est distancée par le Rassemblement national dans certains sondages.

"Mobiliser" alors que le RN est en tête

Une rencontre préparée dans le plus grand secret, pas un dîner mais "une réunion de travail" dit-on dans ce restaurant situé au pied du palais de Tokyo face à la tour Eiffel. Emmanuel Macron est resté une heure et est apparu "confiant, déterminé" assure-t-on, pour motiver ses troupes à un moment décisif de la campagne.

"Emmanuel Macron est le leader de l'Europe. Il nous a parlé des enjeux européens, c'était un moment de joie, de mobilisation, et je crois que ça a fait plaisir à l'ensemble des colistiers qui étaient là" détaille Nathalie Loiseau. La tête de liste LREM pour ces élections ne s'est pas attardée devant les micros, alors même que le Rassemblement national les devancent dans certaines enquêtes d'opinion.

Il est venu rappeler que jamais nous n'avions eu un combat aussi important à menerFrançois Bayrou

"Peu importe les sondages" répond François Bayrou, lui aussi présent dans ce restaurant où il avait fait alliance avec Emmanuel Macron en 2017. "Il y a aujourd'hui une seule chose importante, c'est que dans l'ensemble des pays européens, le président de la République française est le seul à porter une vision vitale de l'existence de l'Europe et de sa force.

Un combat qui se joue dans les dernières semaines, le chef de l'État en est convaincu. "Votre campagne a déjà débuté mais c'est maintenant qu'elle commence pour les Français", a-t-il expliqué devant ses troupes, les exhortant à insister sur les aspects positifs de l'Europe. Pas un coup de pression, mais presque.

Vous êtes à nouveau en ligne