VIDEO. François Hollande lance sa fondation, baptisée La France s'engage, au service de "l'utilité sociale"

FRANCEINFO

L'ancien chef de l'Etat avait convoqué la presse mercredi à Paris, devant Station F, incubateur de start-up et siège de sa fondation, baptisée La France s'engage.

"Ma seule ambition est d'être utile à mon pays". L'ancien président de la République lance à Paris sa fondation, destinée à promouvoir des projets innovants. La presse a été convoquée ce mercredi 6 septembre, devant Station F, dans le XIIIe arrondissement de Paris, siège de sa fondation baptisée La France s'engage.

"J'ai voulu que ce chantier puisse se poursuivre avec des financements qui peuvent venir de l'Etat, des collectivités publiques, mais aussi de mécènes privés. Finalement, c'est de mettre la notoriété qui peut être la mienne, l'expérience qui a été celle d'un président de la République, pour mobiliser des financements de grandes entreprises au service de l'utilité sociale", a déclaré François Hollande..

Hollande ne s'interdit pas une prise de parole politique 

L'ancien chef de l'Etat s'est refusé à commenter la politique d'Emmanuel Macron, tout en prenant date pour une prise de parole future : "Lorsque je considérerai qu'il y a des commentaires à faire, des leçons à tirer ou des propositions à faire, je prendrai la parole", a-t-il lancé à la presse.

A deux reprises cet été, l'ancien président est sorti de sa réserve pour vanter le bilan économique de son quinquennat, mettant en garde son successeur contre la tentation de faire subir aux Français des "sacrifices inutiles" alors que la croissance revient. "Et ce sera un moment qui devra être particulièrement bien choisi pour qu'il puisse être utile à la France, et où je pourrai m'exprimer longuement", a-t-il pourtant ajouté.

La réponse du nouveau gouvernement ne s'est pas fait attendre. Le porte-parole  Christophe Castaner a estimé que l'ancien président est "libre de s'exprimer", l'invitant toutefois aussi "à prendre le temps" de dresser "le bilan des cinq ans de son engagement au sommet de l'Etat".

Vous êtes à nouveau en ligne