Un chien, une chapka et des parapluies : les étranges cadeaux reçus par François Hollande durant son quinquennat

La chienne Philae, à l\'Elysée, le 26 décembre 2014. 
La chienne Philae, à l'Elysée, le 26 décembre 2014.  (CHRISTELLE ALIX / PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE)

Pendant  son mandat, le président de la République a reçu environ 2500 cadeaux, dont certains un peu particuliers. Florilège.

2481 : c'est le nombre de cadeaux reçus par François Hollande pendant son quinquennat. Une délégation étrangère a pour coutume de ne pas arriver les mains vides lors de ses visites au chef d'Etat. C'est dans la "réserve Alma", une vaste salle de 240 m2 située dans le 7e arrondissement de Paris, que sont entreposés tous les présents offerts au président de la République. Le journal Le Parisien a eu accès à ce fatras d'objets, parfois exotiques, parfois encombrants. 

Mais pas question, pour François Hollande, de partir avec ces cadeaux sous le bras. Il aura le choix entre les offrir à des musées ou les donner au Mobilier national, qui a pour mission de meubler les bâtiments officiels. Voici une sélection des cadeaux les plus originaux. 

Une chienne et deux chevaux 

Le seul cadeau que le président emportera avec lui, si l'on en croit les confessions de son entourage au Parisien, s'appelle Philae. C'est la petite chienne (un labrador noir) qui avait été offerte à François Hollande en 2014 par la Fédération des anciens combattants français de Montréal (Canada), et dont il semble s'être entiché. "Le président s'y est attaché et s'en occupe, on le voit parfois la promener", a raconté un collaborateur au journal.

Trois autres animaux ont été offerts au président : deux chevaux de race barbe, cédés par le président algérien Bouteflika, et un dromadaire. L'animal avait été donné en 2013 par les habitants de Tombouctou après la libération de la ville. Valeurs Actuelles confie que le cadeau, un peu encombrant, est resté au Mali. Il a apparemment terminé cuisiné en tajine par la famille à qui il a été confié. 

Une chapka kazakh

La photo avait fait le tour du monde et embarrassé son entourage. En 2014, François Hollande posait en tenue traditionnelle du Kazakhstan, accompagné de son homologue Noursoultan Nazarbaïev. Les internautes n'ont pas tardé à s'amuser de cette imposante chapka. 

Trois ans plus tard, le couvre-chef est rangé dans la réserve de 240 m2, entre des tapis, des jeux d'échecs et des dizaines de portraits de François Hollande. La veste qui l'accompagne est, elle aussi, remisée dans une housse. 

Des parapluies par dizaines 

Ce n'est pas un mais une dizaine de parapluies qui s'entassent dans la réserve, si on en croit Luigi Ottavi, le responsable des lieux depuis 1982. L'homme, restaurateur d'art, étiquette et classe chaque présent reçu par le président.

Le choix d'offrir un parapluie n'est pas anodin, voire un peu moqueur quand on connaît les déboires de François Hollande avec les averses. Le 25 août 2014, il prononce un discours sur l'île de Sein (Finistère) pour le 70e anniversaire de la Libération et refuse tout parapluie. Il  conclut trempé. "Fait-il un Ice Bucket Challenge ?", peut-on lire sur Twitter.



Il s'était aussi illustré en remontant la célèbre avenue des Champs-Elysées tête nue, sous la pluie, le premier jour de son investiture. 

Un trône en peau de zèbre 

L'objet le plus imposant de la pièce, c'est un trône en peau de zèbre offert par l'Afrique du Sud. Personne n'est autorisé à s'y asseoir, relate Le Parisien. "A l’arrière de celui-ci, on reconnaît la tête de la bête, il sent même un peu. C’est pas commun de voir ça", détaille Luigi Ottavi au micro d'Europe 1. Le président du Sénégal avait, lui, offert un baobab en bronze. 

Il reste difficile de déterminer la valeur de ces cadeaux. "Certains sont plus symboliques que d'autres", reconnaît le restaurateur d'art. 

Vous êtes à nouveau en ligne