Le renoncement de François Hollande vu de Tulle : "Merci, ciao et bonne continuation"

La Une de La Montagne, vendredi 2 décembre 2016.
La Une de La Montagne, vendredi 2 décembre 2016. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

François Hollande renonce à briguer un second mandat. Réactions recueillies à Tulle, en Corrèze, l’ancien fief du chef de l’Etat.

Le visage grave et visiblement ému, François Hollande renonce à briguer un second mandat. Le chef de l’Etat n’est pas candidat à l’élection présidentielle de 2017. Il l’a annoncé jeudi depuis l’Elysée. A Tulle en Corrèze, son ancien bastion politique, les fidèles n’en reviennent pas encore vendredi matin devant la Une de La Montagne, le journal local : un François Hollande, tête basse, avec ces mots "Il renonce".

Entre compassion

Député de Corrèze, président du Conseil général, maire de Tulles, François Hollande a mené de nombreuses batailles politiques ici. C’est ici qu’il avait annoncé sa candidature en 2011, là qu’il avait fêté sa victoire en mai 2012. Mais pour Sylvie, il a bien fait hier d’abandonner. "C’est un battant mais le problème c’est qu’il n’avait pas la force derrière lui. Il a fait ce qu’il a pu mais il n’a pas été assez soutenu", estime la Corrézienne.

... et déception

Après Jacques Chirac, un deuxième Corrézien à l'Elysée, même s'il reste d'adoption comme François Hollande, reste une fierté pour de nombreux Tullistes, à l'image de Claude : "On l'a adopté parce qu'il a fait beaucoup pour la Corrèze et beaucoup pour Tulle notamment. C'est là mon grand regret, c'est que ça va se terminer", témoigne ce Corrézien de souche qui aimerait  que François Hollande finisse sa vie publique ici, pourquoi pas comme maire. Pour d’autres en revanche, la page est définitivement tournée, mais sans rancune : "François, nous te remercions et puis ciao, et bonne continuation", adresse Francis au chef de l’Etat.

Le reportage à Tulle, de Jules de Kiss
--'--
--'--