Le Mémorial ACTe inauguré en Guadeloupe

FRANCE 2

Cette année, le 10 mai, jour de commémoration de l'esclavage, coïncide avec l'inauguration Mémorial ACTe, centre caribéen d'expressions et de mémoire de la traite et de l'esclavage. Plusieurs chefs d'États africains étaient présents.

Le président de la République était aujourd'hui à Pointe-à-Pitre pour commémorer la mémoire de l'esclavage et inaugurer le Mémorial ACTe. Les pièces sont exiguës et sombres. Le mémorial a été pensé pour rappeler l'enfer de l'esclavage qui a prospéré de la fin du XVIsiècle jusqu'en 1848, date de son abolition en France.

Symboliquement, le bâtiment a été érigé à la place d'une ancienne usine sucrière qui pratiquait le travail forcé. Autre symbole, la présence de trois chefs d'États africains – le Sénégalais Macky Sall, le Malien Ibrahim Boubacar Keïta et le Béninois Thomas Boni Yayi – venus rappeler que c'est de leur continent qu'ont été arrachés des millions d'hommes et de femmes.

La question sensible des réparations

Face à l'assistance, François Hollande aborde la question sensible des réparations. "Nous avons ici la seule dette qui doit être réglée, celle de pouvoir faire avancer l'humanité", a déclaré le chef de l'État.

Mardi, en Haïti, pour la dernière étape de sa tournée, François Hollande évoquera de nouveau la question de la traite négrière. "La France a une dette morale envers ce pays", a dit le président de la République, faisant référence aux millions de francs-or que le pays avait dû payer à la France pour son indépendance en 1804, 44 ans avant l'abolition de l'esclavage.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne