Hollande : "Jamais sans doute un président aura été si peu capable de parler aux Français", pointent les journalistes Lhomme et Davet

Déclaration de François Hollande, le 30 novembre.
Déclaration de François Hollande, le 30 novembre. (MICHAL CIZEK / AFP)

Fabrice Lhomme et Gérard Davet, les auteurs d'Un président ne devrait pas dire ça, ont commenté vendredi 2 décembre sur franceinfo le renoncement de François Hollande à se présenter à la présidentielle de 2017.

Fabrice Lhomme et Gérard Davet, auteurs d'Un président ne devrait pas dire ça,  ont commenté vendredi 2 décembre sur franceinfo l'annonce par François Hollande qu'il renonçait à se présenter à la présidentielle de 2017.

>> Suivez en direct les réactions au lendemain de l'annonce de François Hollande

Selon Fabrice Lhomme, François Hollande s’est piégé lui-même sur l’inversion de la courbe du chômage, qu’il avait posé comme une condition pour se présenter. "Il réussit son pari beaucoup trop tard, a estimé le journaliste. Aujourd’hui, le chômage stagne, voire décroît très légèrement et très tardivement."

Davet : Hollande "a passé son temps à faire des paris hasardeux"

Fabrice Lhomme estime que François Hollande n'a pas pu jouer sur le symbole d'une inversion de la courbe du chômage"Ça n’a même plus d’importance, parce que les Français retiennent qu’il a dit qu'il allait faire baisser le chômage dès son arrivée, en un an. (...) Très rapidement, il s’est aperçu que c’était impossible à tenir, donc les Français ont déjà retenu la promesse trahie", a poursuivi Fabrice Lhomme.

De plus, "s’il y a inversion, il aurait fallu qu’elle intervienne plus tôt", or " il y a beaucoup plus de chômage à la fin de son quinquennat qu’au début, et ça, c’est le chiffre qui tue. C’est ce qu’ont retenu les Français", a- t-il estimé.

Fabrice Lhomme et Gérard Davet, auteurs du livre \"Un président ne devrait pas dire ça\", sur les confidences de François Hollande.
Fabrice Lhomme et Gérard Davet, auteurs du livre "Un président ne devrait pas dire ça", sur les confidences de François Hollande. (MAXPPP)

Selon Gérard Davet, "c’est un homme qui a passé son temps à faire des paris hasardeux, mais qui aussi a pris des risques vis-à-vis de sa majorité et qui le paie. (...) Il a totalement brusqué sa majorité, son électorat." Gérard Davet estime que François Hollande "a avancé masqué" et que "ce n’est jamais très bon d’avancer masqué en politique".

Lhomme : un "décalage terrible" entre sa campagne et son quinquennat

Pour Fabrice Lhomme, "le décalage [est] terrible pour lui entre une campagne, qu’il a réussie, et un quinquennat, qu’il a, sur le plan de la communication totalement raté". Cela paraît d'autant plus surprenant, selon le journaliste, que "c’est un homme qui connaît les médias par cœur". Selon lui, François Hollande "analyse brillamment les rapports de force dans la presse. (...) Sur la communication, il est tellement bon qu’il n’a pas besoin de conseiller en communication".

"Tout ça donne à l’arrivée une catastrophe industrielle", a estimé Fabrice Lhomme.. "Jamais sans doute un président de la République en France aura été si peu capable de parler aux Français", a ajouté le journaliste. "Au-delà des résultats, qui sont contrastés, il y a une impression de quinquennat cataclysmique. C'est sans doute excessif, et c'est dû au fait que les Français n’ont jamais entendu leur président leur parler", a poursuivi Fabrice Lhomme.

Vous êtes à nouveau en ligne