François Hollande vu par sa compagne Valérie Trierweiler

Qui se cache derrière François Hollande ? Valérie Trierweiler livre sa vérité sur le candidat.
Qui se cache derrière François Hollande ? Valérie Trierweiler livre sa vérité sur le candidat. (FRED DUFOUR / AFP)

Dans une longue interview publiée samedi 7 avril par Libération, Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, lève le voile sur la personnalité du candidat socialiste. "Il n’y a pas de Hollande caché", dit-elle.

Dans une longue interview publiée samedi 7 avril par Libération, Valérie Trierweiler, la compagne de François Hollande, lève le voile sur la personnalité du candidat socialiste. "Il n'y a pas de Hollande caché", dit-elle.

Après l'interview, publiée par le Nouvel Observateur, de Carla Bruni-Sarkozy défendant le bilan de Nicolas Sarkozy, Libération publie, samedi 7 avril, un long entretien avec Valérie Trierweiler qui défend François Hollande.

La compagne du candidat du PS, qui s'exprime pour la première fois dans la presse depuis janvier, était interrogée à Rennes, où le candidat PS dédicaçait son livre "Changer de destin" avant son meeting avec Ségolène Royal. Tout un symbole, selon sa porte-parole Najat Vallaud-Belkacem.

Valérie Trierweiler étonnée de l'attitude de Nicolas Sarkozy

"Ce qu'on voit de lui est vrai. Il n'y a pas de Hollande caché, affirme Valérie Trierweiler à Libération. Il sera un chef d'Etat digne et honnête", poursuit la journaliste. "S'il semble réservé, c'est qu'il a une certaine retenue et une tenue que d'autres n'ont pas".

Au cours de cette interview, la femme de presse affirme, pour répondre à ses détracteurs au sein du camp socialiste, qu'elle n'a aucun rôle politique dans la campagne présidentielle de François Hollande. "Je ne suis pas une femme politique, dit-elle au quotidien au lendemain de sa dernière émission d'"Itinéraires" sur Direct 8. Ce n'est donc pas mon rôle et je ne saurais pas le faire. Journaliste est un autre métier".

Egalement interrogée sur les multiples attaques de Nicolas Sarkozy à son encontre, elle s'étonne "de son attitude", qu'elle a "beaucoup de mal à comprendre", "car personne n'attaque sa femme". "Je ne vois pas ce qu'il a à se déchaîner contre moi. Ce n'est pas digne d'un président de la République", tacle-t-elle.

"Pas fascinée par les sirènes du pouvoir"

Alors que pour 76% des Français, la personnalité du conjoint du candidat n'a pas d'importance et qu'une majorité de Français souhaite que le conjoint du président de la République puisse poursuivre son activité professionnelle, Valérie Trierweiler a livré sa vision du rôle de Première dame, affirmant qu'elle "continuera à travailler d'une façon ou d'une autre".

L'Elysée lui donne-t-il le vertige? "Mon travail de journaliste me protège de ça (...) Je ne suis pas fascinée par les sirènes du pouvoir. Si François est élu, je serai plutôt experte en vie quotidienne, car je veux que la nôtre reste celle de tous les Français", explique celle qui "a besoin de gagner (sa) vie" pour élever ses trois enfants car elle ne veut "pas vivre aux frais de l'Etat".

"Lorsque ma présence sera requise, ce sera différent, mais je continuerai à assumer ma vie professionnelle, confie-t-elle. Pourquoi serait-ce choquant de travailler si c'est dans le respect de la déontologie journalistique?".

Vous êtes à nouveau en ligne