Sécurité sociale : Fillon retire de son site internet sa proposition la plus contestée

Le candidat des Républicains à la présidentielle, François Fillon, à Sablé-sur-Sarthe, le 11 décembre 2016. 
Le candidat des Républicains à la présidentielle, François Fillon, à Sablé-sur-Sarthe, le 11 décembre 2016.  (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Le candidat des Républicains acte sa marche arrière sur le déremboursement des affections bénignes. 

Marche arrière toute. La proposition la plus contestée de François Fillon sur l'assurance-maladie a été retirée, mardi 13 décembre, du site internet du candidat des Républicains à la présidentielle. Elle visait à dérembourser les affections bénignes, pour ne prendre en charge que les affections graves et de longue durée.

"Pour assurer la pérennité de notre système de santé, je propose de (...) focaliser l'assurance publique universelle sur des affections graves ou de longue durée, et l'assurance privée sur le reste. Les moins favorisés ne pouvant accéder à l'assurance privée bénéficieront d'un régime spécial de couverture accrue", était écrit sur un visuel sur fond vert, partie III des propositions santé de François Fillon sur son site internet (fillon2017.fr).

Une proposition vivement critiquée

Ce visuel avait disparu mardi à 17 heures, alors que les visuels des quatre autres parties étaient encore présents. Le document PDF intégral des propositions "Vers un système de santé fondé sur la liberté et la responsabilité" n'était pas non plus accessible, alors qu'il l'était dimanche.

Cette proposition de François Fillon était vivement critiquée par la gauche comme par l'extrême droite et inquiétait une partie de son camp. Dans une tribune au Figaro destinée à préciser ses propositions sur la réforme de l'assurance-maladie publiée mardi, le candidat n'évoquait déjà plus ce point.