VIDEO. Regardez le passage de François Fillon à l'émission "Les 4 Vérités" sur France 2

FRANCE 2

Un sondage place François Fillon derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon, au premier tour de l'élection présidentielle.

A moins de deux semaines du premier tour de l'élection présidentielle, François Fillon est dans une posture difficile. Pour la première fois, un sondage le place derrière Emmanuel Macron, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon. Le candidat de la droite à l'Elysée est l'invité des "4 Vérités", sur France 2, mardi 11 avril. Il répondra aux questions de Caroline Roux à partir de 7h38. Franceinfo vous propose de suivre cette interview en direct.

Rattrapé par Jean-Luc Mélenchon. Pour la première fois depuis le début de la campagne, un sondage place le candidat de la France insoumise dans la position du troisième homme. Selon une étude Kantar Sofres-Onepoint pour LCI, RTL et Le Figaro, il est crédité de 18% des intentions de vote, devant François Fillon (17%). 

Plombé par des affaires. François Fillon a été mis en examen le 14 mars pour détournement de fonds publics, complicité et recel d’abus de biens sociaux. L'enquête a ensuite été élargie au chef de "trafic d’influence" et aux costumes qui lui ont été offerts par l’avocat franco-libanais Robert Bourgi.

 Un "vote caché" pour François Fillon ? Depuis plusieurs jours, l'existence d'un "vote caché" est avancée par le camp Fillon pour regonfler le moral des troupes. Pour ses partisans, une partie des électeurs de droite sont en colère mais voteront tout de même pour le candidat de droite devant l'absence d'alternative, comme l'assure Laurent Wauquiez au Monde.

10h23 : "Je note que [Martin Schulz] m'a encore apporté son soutien ce week-end et qu'il en fait plus pour ma candidature qu'une vingtaine de dirigeants socialistes ou ministres français de premier rang."

Dans un entretien accordé aux Echos, Benoît Hamon s'en prend à la "vingtaine de dirigeants socialistes ou ministres français de premier rang" qui n'appuient pas assez sa candidature à la présidentielle.

09h20 : "Des héritiers dans cette élection ? J'en ai plusieurs !"

Le site Konbini diffuse aujourd'hui sur Snapchat son interview de François Hollande. Le chef de l'Etat y évoque dans un sourire son sentiment sur les différents candidats à sa succession.

09h08 : "[Marine Le Pen veut sortir de l'euro ?] Mais elle n'y connaît rien et demande à Philippot de copier mes idées !"

Invité de "8h30 Aphatie" sur franceinfo, le candidat souverainiste réfute toute proximité avec la présidente du Front national sur la question de la sortie de l'euro.

08h53 : "Je ne toucherai pas à l'IVG. Je défends mes convictions profondes."

Invitée de Radio Classique ce matin, Marine Le Pen promet ce matin qu'elle ne modifiera pas la loi sur l'avortement, invoquant ses "convictions profondes". Celles-ci ont vraisemblablement changé depuis 5 ans : en 2012, la candidate frontiste indiquait sur France 2 vouloir dérembourser les "avortements de confort".

08h28 : Invité des "4 Vérités sur France 2, ce matin, Yannick Jadot s'en est pris à Jean-Luc Mélenchon. L'écologiste, qui soutient Benoît Hamon, lui reproche notamment d'avoir tenu un discours "dangereux" lors de son meeting à Marseille, dimanche dernier. Voici la séquence.


08h15 : François Hollande va s'impliquer davantage dans la campagne présidentielle, croit savoir Le Monde (article payant). Le chef de l'Etat va accorder une interview au quotidien du soir à propos de la situation en Syrie, et devrait "profiter des dernières semaines de son mandat pour délivrer messages et mises en garde". Il redouterait un second tour Le Pen-Mélenchon et déplorerait que "les dynamiques de campagne aient pris le pas sur la 'raison' et le fond".

08h07 : "[Si je perds la présidentielle], je resterai dans la vie politique. J'y resterai un temps. Le temps de ce que j'estime être la mission qui est la mienne. Mais je ne serai plus dans la vie politique dans vingt ans."

Interviewé par les lecteurs du Parisien, Emmanuel Macron annonce qu'il ne se présentera pas aux élections législatives s'il n'est pas élu en mai.

07h54 : Vous les avez peut-être croisées. Des affiches parodiques de la campagne présidentielle ont été collées dans les rues de Paris depuis le début du mois. C'est l'œuvre de deux street-artists, qui proposent avec ironie de nouveaux candidats comme Juste Le Blanc, Marion Cotillon ou Donald Duckenchon. On a eu "envie de faire marrer les gens, de faire respirer tout ça", m'ont-ils expliqué dans cet article.




(CLAUDE DEGOUTTE / JAERAYMIE / COMBO)

07h46 : "Mélenchon n'a pas porté un discours de paix à Marseille, mais un discours de reddition. (...) Il accepte l'expansionnisme russe. Cela m'inquiète."

Le soutien de Benoît Hamon dénonce le discours "dangereux" du favori de la gauche, Jean-Luc Mélenchon. Il l'accuse d'une proximité avec la Russie de Vladimir Poutine.

07h42 : "La campagne a été extrêmement rapide. Il peut encore se passer des choses dans les dix jours qui restent."

L'ancien vainqueur de la primaire écologiste est l'invité des "4 Vérités" sur France 2. Il assure que Benoît Hamon peut encore croire à l'exploit et se qualifier pour le second tour de la présidentielle.

07h43 : A moins de deux semaines du premier tour, jamais aucune élection présidentielle depuis 1965 n'a été aussi indécise, estime sur son blog Scènes politiques le journaliste Olivier Biffaud. François Fillon et Jean-Luc Mélenchon rêvent tous deux de "priver" Marine Le Pen et Emmanuel Macron de second tour, et ont chacun des raisons d'y croire.

06h50 : Terminons notre tour des kiosques avec la une de Sud-Ouest, qui revient sur "ce que la région doit à l'Europe", ainsi que sur l'accueil houleux réservé à Marion Maréchal-Le Pen lors d'une réunion publique organisée à Bayonne hier.

06h40 : Le dossier du Figaro très critique envers Jean-Luc Mélenchon a provoqué beaucoup de réactions mi-amusées mi-indignées des partisans du candidat de la France insoumise sur les réseaux sociaux. Ses militants ont publié des messages accompagnés du mot-dièse #Parlecommelesysteme.

06h33 : Deux titres, deux ambiances. Alors que L'Humanité met ce matin en avant "la dynamique" de Jean-Luc Mélenchon qui pourrait "tout changer" au cours de la campagne électorale, Le Figaro évoque de son côté le "délirant projet" du candidat de gauche, qualifié de "Maximilien Ilitch Mélenchon" dans un éditorial.

22h53 : Ils dénoncent "un manque de moyens humains" et "l'absence de dialogue social au sein du PS". Une trentaine de salariés de la rue de Solférino ont organisé une assemblée générale aujourd'hui et ont envoyé une pétition aux permanents du parti, rapporte le Lab.

21h54 : Bonsoir @anonyme. Il n'y a aucun "mépris" de notre part. Non, France 2 ne choisit pas ses candidats. En la matière, les règles du CSA (PDF) sont très claires. Chaque jour, dix clips de campagne sont diffusés sur les chaînes du groupe France Télévisions, jusqu'au vendredi 21 avril inclus. Il y a donc un clip qui n'est pas diffusé chaque jour. Ce soir c'est celui de Marine Le Pen, et demain ce sera celui de François Asselineau. Pas de clip de Benoît Hamon jeudi, pas de clip de Nicolas Dupont-Aignan vendredi, pas de clip d'Emmanuel Macron samedi, etc... Tout est détaillé dans notre article.

21h53 : Vous venez de passer tous les candidats avec leur pub après le JT et sur ONZE CANDIDATS SEULS DIX SONT PASSES ET COMME PAR HASARD MARINE LEPEN A ETE EVINCEE . C EST HONTEUX JE SUIS CHOQUEE PAR VOTRE ATTITUDE DE MEPRIS CONTRE SA PERSONNE.

21h01 : Ils se sentent oubliés et exclus de la société. A l'appel de l'Association des paralysés de France, un grand rassemblement avait lieu aujourd'hui, place du Trocadéro à Paris, pour interpeller les candidats à l'élection présidentielle sur les thèmes liés au handicap. Certains d'entre eux m'ont confié leurs attentes.

Partie de Nantes (Loire-Atlanique) le 25 mars 2017, la marche citoyenne est arrivée place du Trocadéro, à Paris, le 11 avril, pour alerter les candidats à l\'élection présidentielle. (CAROLE BELINGARD / FRANCEINFO)

19h54 : Des journalistes du "Petit Journal" de Canal+ et de l'émission "Quotidien" de TMC ont porté plainte contre un responsable du service d'ordre et un "militant" après des violences en marge du meeting de François Fillon dimanche dernier à Paris.

19h39 : Philippe Poutou en mode "Actors Studio". Le candidat du NPA se met en scène dans son nouveau clip de campagne.


22h44 : C'est vrai, mais nous n'avons pas le direct vidéo. Le candidat d'En marche ! est visiblement très offensif, selon un journaliste d'Europe 1.

19h31 : Des nouvelles de M Macron à Besançon ? Pourquoi assurer le direct de la réunion de M Fillon et pas celle de M Macron ? Merci

19h32 : "Il ne supporte pas les critiques. Dès qu'on le critique, il s'énerve et il insulte ses adversaires." Le ton monte entre François Fillon et Emmanuel Macron. Les deux candidats à la présidentielle se rendent coup pour coup. Alors que l'ancien Premier ministre avait surnommé "Emmanuel Hollande" le candidat d'En marche !, ce dernier l'a renommé "François Balkany".

(FRANCEINFO)

19h14 : Bonjour ! Le meeting du candidat débute à l'instant, et il est à suivre ici en direct.

19h13 : Des nouvelles du meeting de Fillon à Marseille?

18h55 : Ce sont des chiffres pour le moins inquiétants, à douze jours du premier tour. Si deux Français sur trois déclarent s'intéresser à l'élection présidentielle, selon une enquête Ipsos-Sopra Steria,67% affirment aussi que la campagne leur fait d'abord ressentir de la déception, du dégoût ou de la colère, et 64% assurent qu'elle ne leur a "pas appris grand-chose sur les programmes et les personnalités" des onze candidats.

17h51 : Le Canard relève que cette négligence, sur laquelle François Fillon avait été alerté au moment du vote de la primaire de la droite en novembre, aurait pu coûter au candidat sa radiation des listes électorales de la part du maire de l'arrondissement qui n'est autre que... Rachida Dati, dont les relations avec le candidat de la droite sont notoirement mauvaises.

17h48 : Cinq ans après avoir quitté Matignon, François Fillon y apparaît toujours domicilié sur les listes électorales, n'ayant pas régularisé son changement d'adresse, selon Le Canard enchaîné à paraître demain.

16h37 : Après la publication dans la presse d'"un mot" adressé en 2016 par le candidat d'En marche !, Emmanuel Macron, à son rival de droite, François Fillon, en plein débat sur la déchéance de nationalité, les deux candidats s'accusent désormais de tous les maux. Pour y voir plus clair, franceinfo remonte le fil de cette polémique en cinq actes.

16h13 : "On n'est pas du tout au courant d'un tel message. On ne fait pression sur personne, on ne cherche à déstabiliser personne, m'a expliqué Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon. Notre centre de gravité, aujourd'hui, c'est les indécis. Nous avons encore des millions de gens à convaincre, on continue donc notre campagne."

16h14 : Ces derniers jours, des députés frondeurs auraient reçu un SMS sur un possible retrait de Benoît Hamon au profit de Jean-Luc Mélenchon, indique Le Figaro. Mathieu Hanotin, codirecteur de campagne de Benoît Hamon, en serait à l'origine. "Je n'ai jamais envoyé un truc pareil, réagit-il avant de tenter. S'il vient de l'équipe Mélenchon, c'est de bonne guerre." Du côté des équipes de Jean-Luc Mélenchon, on dément totalement l'information.

15h46 : Emmanuel Macron et Benoît Hamon ont déjà gagné le droit d'intégrer le dictionnaire. Les deux candidats vont faire leur apparition dans la prochaine version du Robert illustré. Un choix inédit, décidé avant le second tour de l'élection. Franceinfo vous explique pourquoi dans cet article.

14h54 : "La France n'est pas responsable du Vél'd'Hiv'", a affirmé Marine Le Pen dimanche. Pour se justifier, elle a comparé sa position à celles de Henri Guaino ou de Nicolas Dupont-Aignan. Mais que pensent les principaux intéressés de ce parallèle ? Je les ai contactés pour le savoir.

Le député Les Républicains Henri Guaino s\'exprime lors des Questions au gouvernement, à l\'Assemblée nationale (Paris) le 18 janvier 2017.

(ERIC FEFERBERG / AFP)

14h47 : Vous ne savez pas pour qui voter ? Social, Europe, sujets de société... Le Monde propose un test pour vous aider à vous positionner par rapport aux onze candidats à la présidentielle sur huit grand thèmes.

14h39 : La comparaison a vite été jugée "nauséabonde" et "scandaleuse" sur les réseaux sociaux. Invité de France Inter, ce matin, Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la présidentielle, a établi un parallèle entre la situation de la France dans l'Union européenne et la violence conjugale, qui a provoqué de vives réactions.

(FRANCE INTER)

13h32 : Voici les trois articles les plus consultés en ce moment sur franceinfo.fr :

• Lorsqu'il a été élu en 2014 à Hesdin, dans le Pas-de-Calais, Stéphane Sieczkowski-Samier était le plus jeune maire de France. Trois ans plus tard, il est visé par plusieurs enquêtes, notamment pour "complicité et usage de faux en écriture publique" et "achat de voix". Kocila Makdeche est allé rencontrer cet élu de 25 ans, ainsi que ses opposants, pour vous raconter les dessous de ce mandat tumultueux.

• A douze jours du premier tour de l'élection présidentielle, le suspense reste entier. Comment expliquer la percée de Jean-Luc Mélenchon ? Existe-t-il vraiment un "vote caché" pour François Fillon ? Clément Parrot tente de répondre à cinq questions pas si bêtes autour de ce scrutin.

• Au Royaume-Uni, une jeune femme a défié d'un sourire un militant d'extrême droite et est devenue une icône. Le cliché de leur confrontation, posté sur Twitter par une députée britannique, a depuis été retweeté ou aimé plus de 28 000 fois. Franceinfo vous raconte toute l'histoire de cette photo ici.

12h43 : Fillon ne veut pas être votre "pote", Mélenchon est prêt "à gouverner", Hamon et Macron entrent dans le dico... Voici les cinq infos du jour de la présidentielle.

10h58 : L'association Aides, qui lutte contre le VIH et les hépatites, lance aujourd'hui une campagne demandant la légalisation de toutes les drogues au nom de la santé publique. Voici le clip.



(AIDES / YOUTUBE)

Vous êtes à nouveau en ligne