VIDEO. Eric Ciotti sur Penelope Fillon : "Je l'ai toujours vue au côté de son mari. Après, l'organisation de chacun..."

RTL

Le député Les Républicains des Alpes-Maritimes était l'invité de RTL, lundi 30 janvier 2017 au matin. 

Extrêmement prudent. Invité de RTL lundi matin 30 janvier, le député Les Républicains des Alpes-Maritimes Eric Ciotti s'est bien gardé d'assurer que Penelope Fillon assurait effectivement un travail de collaboratrice parlementaire pour son mari. A la question de la journaliste Elisabeth Martichoux ("Saviez-vous que Penelope Fillon était [l']assistante parlementaire [de François Fillon] pendant si longtemps ?"), il répond : "Moi, notamment pendant la campagne [présidentielle] de 2012, j'ai toujours vu à ses côtés Penelope Fillon."

"Est-ce que vous saviez précisément qu'elle était rémunérée comme assistante parlementaire, qu'elle avait ce poste officiellement ?" réitère la journaliste. Eric Ciotti élude. "Je l'ai toujours vue au côté de François Fillon, c'était de notoriété publique. Après, l'organisation de chacun ...". Interrogé pour la troisième fois, il clôt ainsi le débat : "Je l'ai toujours vue à ses côtés, avec un engagement très fort de tous les instants."

Une enquête de la justice est lancée

La justice va enquêter sur la réalité de l'emploi d'attachée parlementaire de Penelope Fillon. Le Canard enchaîné a révélé, le 26 janvier, qu'elle avait été la collaboratrice parlementaire de son mari de 1998 à 2002, puis du suppléant de celui-ci, Marc Joulaud, de 2002 à 2007, et de nouveau de son mari en 2012, pendant au moins six mois. D'après les chiffres obtenus par l'hebdomadaire, c'est entre 2002 et 2007 qu'elle a été rémunérée le plus, avec des sommes allant de 6 900 à 7 900 euros mensuels. "Au total, Penelope aura perçu environ 500 000 euros brut sur les caisses parlementaires" en huit ans, sans vraiment "laisser des traces de son passage", affirme Le Canard.

Penelope Fillon, toujours selon l'hebdomadaire satirique, a été salariée, entre mai 2012 et décembre 2013, de la Revue des deux mondes, propriété du milliardaire Marc Ladreit de Lacharrière, un ami de François Fillon. Elle aurait touché alors environ 5 000 euros brut par mois pour deux notes de lecture. Au Monde, Marc Ladreit de Lacharrière a affirmé que Penelope Fillon avait été chargée de réfléchir, avec d'autres personnalités, au "devenir" de la revue.

Vous êtes à nouveau en ligne