VIDEO. Soupçons d'emplois fictifs : Fillon ne dira "plus jamais un mot sur ces questions"

Invité des "4 Vérités", sur France 2, le candidat de la droite a dénoncé à nouveau "le feuilleton des calomnies", au lendemain de nouvelles révélations de Mediapart.

François Fillon a refusé, mardi 11 avril, de commenter les nouvelles informations de la presse concernant les activités de son épouse. "Je ne dirai plus jamais un mot sur ces questions", a-t-il répondu, interrogé dans les "4 Vérités", sur France 2. La veille, Mediapart a affirmé que Penelope Fillon avait perçu dès 1982 des rémunérations pour des missions auprès de son mari, alors député à l'Assemblée. C'est quatre ans avant le début de son emploi d'assistante parlementaire, que le candidat a reconnu, au cœur de l'enquête des juges d'instruction sur des soupçons d'emplois fictifs.

"Jusqu'où va-t-on aller ?"

Sans se prononcer sur le fond, le candidat de la droite a relancé ses accusations contre l'Etat. "Je n'alimenterai pas le feuilleton de la calomnie avec ces révélations successives, soigneusement distillées par des services de l'Etat qui maintenant remontent à 36 ans, à dix jours de l'élection" a-t-il insisté. "Jusqu'où va-t-on aller ? Il y en a qui sont prévues entre les deux tours ?" a-t-il questionné. Ces dernières semaines, sa défense dans ces affaires a surtout consisté à dénoncer un supposé "cabinet noir à l'Elysée", en s'appuyant sur un livre, dont les auteurs ont démenti soutenir cette hypothèse.

Vous êtes à nouveau en ligne