François Fillon reconnu coupable : Geoffroy Didier souhaite que "la vérité soit connue" sur les "zones d’ombre" et les "pressions politiques"

Geoffroy Didier, avocat et député européen LR.
Geoffroy Didier, avocat et député européen LR. (CAPTURE ECRAN / FRANCEINFO)

"Je crois que la question est aujourd'hui posée de la réforme du Parquet national financier", a estimé l'avocat et député européen LR, après la condamnation de l'ancien premier ministre dans l'affaire des emplois fictifs.

François et Pénélope Fillont ont fait appel de leur condamnation pour détournement de fonds dans l'affaire des emlois fictifs. L'ancien Premier ministre a été condamné, lundi 29 juin à Paris, à cinq ans de prison, dont deux ferme et 375 000 euros d'amende, son épouse à trois ans de prison avec sursis et 375 000 euros d'amende. Ce jugement, conforme aux réquisitions du parquet national financier, pose la question de l'indépendance du PNF selon Geoffroy Didier, député européen Les Républicains. 

"Certaines différences" avec François Fillon

"Nous avons observé qu’il existait des zones d'ombre sur la manière dont certains avaient pu mettre des pressions politiques pour que cette affaire s'accélère. Moi, ce que je souhaite, c'est que la vérité soit connue", a-t-il réagi. 

"Je crois que la question est aujourd'hui posée de la réforme du Parquet national financier"Geoffroy Didier, député européen LRà franceinfo

"Et je n'ai pas l'habitude de commenter des décisions de justice", a souligné celui qui est aussi avocat au barreau de Paris.

Interrogé sur ses rapports avec l’ancien candidat à la présidentielle qui avait remporté la primaire de la droite, Geoffroy Didier a confié avoir eu "certaines différences avec lui, mais je respecte les idées qui étaient les siennes. En revanche, a nuancé le député LR, je pense que les responsables politiques ne doivent pas commenter de décisions de justice par principe parce que l'on souhaite que chacun joue son rôle dans la société. La justice rend la justice et les responsables politiques font partager leurs convictions et les mettent en œuvre lorsqu'ils sont au pouvoir", a-t-il insisté.

Vous êtes à nouveau en ligne