Campagne présidentielle à droite : "C'est un spectacle qui nous désespère !"

François Fillon s\'est exprimé devant ses soutiens place du Trocadéro à Paris dimanche 5 mars.
François Fillon s'est exprimé devant ses soutiens place du Trocadéro à Paris dimanche 5 mars. (GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)

Aurélien Pradié, maire Les Républicains de Labastide-Murat (Lot) et organisateur de la primaire de la droite et du centre dans son département, a vivement critiqué sur franceinfo "les ténors parisiens" de la droite.

"C'est un spectacle qui nous désespère tous mais qui désespère toute la politique", a réagi, lundi 6 mars, sur franceinfo Aurélien Pradié, maire Les Républicains de Labastide-Murat (Lot). Le jeune élu de 31 ans a organisé la primaire de la droite et du centre pour l'élection présidentielle dans le département du Lot. Il a aujourd'hui des mots très durs à l'encontre des "ténors parisiens".

Il ne leur souhaite "qu'une chose", qu'ils "viennent passer quelques heures à Labastide-Murat", sa commune de 1 000 habitants, "pour voir que la politique peut donner confiance, qu'on ne trahit pas les gens, qu'on leur dit vraiment la vérité et qu'on bosse tous les jours avec beaucoup de ferveur pour faire en sorte que l'avenir puisse se changer" a-t-il développé.

"Baratin" et "paroles politiques"

"J'ai toujours été fidèle à ma famille politique mais ma génération, la nouvelle génération, croit aux actes plus qu'au baratin et aux paroles politiques", a-t-il vivement critiqué.

Selon lui, les territoires peuvent être un modèle politique à appliquer sur le plan national. "Ce qui me donne encore de l'espoir, c'est d'être maire d'une petite commune rurale", souligne Aurélien Pradié. Je me suis engagé à 21 ans. Je suis devenu conseiller général, j'étais à l'époque le plus jeune de France. Ce qui, tous les matins, me donne envie de faire la politique, c'est la capacité que nous avons au cœur des territoires à changer les choses et inventer l'avenir", a-t-il poursuivi.

Vous êtes à nouveau en ligne