Attendu par son camp, attaqué par ses adversaires, où est donc passé François Fillon ?

La parole de François Fillon, ici en Belgique le 15 décembre, se fait rare
La parole de François Fillon, ici en Belgique le 15 décembre, se fait rare (THIERRY CHARLIER / AFP)

Depuis sa victoire à la primaire de la droite, la parole de François Fillon se fait de plus en plus rare. Changement de stratégie ou faux-plat dans sa campagne ?

Depuis sa victoire à la primaire de la droite, François Fillon, actuellement à la montagne, se fait de plus en plus rare. Ses interventions publiques se comptent sur les doigts de la main et sa cote de popularité est en chute. Est-ce un calcul et un changement de stratégie, un faux-plat périlleux dans sa campagne ou une pause ?

Une "remontée en puissance" pressentie

Le roulement de tambour à l’Assemblée nationale a pris mercredi 21 décembre de faux airs de suspens. Mais où est François Fillon ? En tout cas, il n’est pas dans l'hémicycle. Le député de Paris n’y a pas siégé cette semaine, pas plus que la précédente. Le candidat à la présidentielle investi par la primaire de la droite se fait aussi rare qu’avare de déclarations publiques. Faut-il s’inquiéter de cette disparition médiatique ? Non, répond celui qui siège au conseil stratégique du candidat, Eric Woerth. "Il n'a pas disparu, il est allé au Mali, il a fait plein de choses en réalité. Il va remonter en puissance". Mais Eric Woerth promet une "remontée en puissance", admet une descente, celle des sondages. Cet effritement de sa côte de popularité en fait une cible facile pour ses adversaires, à gauche et à l’extrême droite, sans qu'il ne réagisse.

Des messages externes et internes attendus

D’autres réagissent à la place de François Fillon, comme la députée Isabelle Le Callenec : "Il s'exprime quand il a besoin de s'exprimer, quand c'est utile pour les Français et quand il y a des messages à faire passer."  Si François Fillon ne passe pas de messages, certains dans son camp en ont quelques uns à lui faire passer. Il est nécessaire d'être visible, de mener campagne, et surtout en famille, rappelle en substance le député du Nord, Sébastien Huyghe. "Aucune voix des sarkozystes n'a manqué à François Fillon au deuxième tour [de la primaire], il faut qu'il en tire pleinement toutes les conséquences. Et comme son équipe n'est pas terminée, je pense qu'il en tirera pleinement toutes les conséquences..."

Une bonne résolution pour 2017 ? Ça tombe bien, un prochain déplacement de François Fillon est attendu pour le 31 décembre.

Vous êtes à nouveau en ligne