Élimination de François Fillon à la présidentielle : "Il va falloir mettre un grand coup de balai"

François Fillon, le 23 avril 2017.
François Fillon, le 23 avril 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Après l'élimination de François Fillon au premier tour de l'élection présidentielle, dimanche, l'ancien secrétaire général des Jeunes Républicains, Geoffrey Carvalhinho, appelle au renouvellement "des dirigeants, de la ligne du parti, et il faut que nous soyons de nouveau audibles." 

Geoffrey Carvalhinho, ancien secrétaire général des Jeunes Républicains, appelle, mardi 25 avril, sur franceinfo, son parti au renouvellement, deux jours après l'élimination de François Fillon dès le premier tour de l'élection présidentielle : "Je pense que la défaite n'est pas seulement individuelle, elle est collective, donc il faut se remettre en question, savoir pourquoi on a perdu, il faut réécouter les Français. Il va falloir mettre un grand coup de balai, il faut du renouvellement (…). Il faut faire un renouvellement des dirigeants, de la ligne du parti, et il faut que nous soyons de nouveau audibles."

Une campagne polluée par les affaires

"François Fillon, ça n'est pas ma tasse de thé, depuis des années, explique-t-il. Je viens de la Seine-Saint-Denis, mes valeurs c'est le travail, c'est le mérite, mais je n'ai pas envie, vraiment, de lui tirer dessus."

"Parce qu'ils n'ont pas écouté les Français, dimanche soir, ça a été un cataclysme politique, il faut écouter les Français", poursuit Geoffrey Carvalhinho.

Hier, je suis allé assister au bureau politique. Franchement, j'ai eu honte quand j'ai entendu certains propos de députés et anciens ministres.Geoffrey Carvalhinhoà franceinfo

Faute de ligne politique claire et d'une campagne polluée par les affaires, Geoffrey Carvalhinho appelle à un rassemblement sur un projet, à une remise à plat : "Il faut une ligne politique claire. Pendant des années nous l'avons eue avec Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, qui ont su rassembler la droite et après rassembler les Français pour se faire élire président de la République." Aussi faut-il, selon lui, procéder à un inventaire, pour, demain, "reconstruire une droite qui a des valeurs, surtout autour de la devise républicaine 'liberté, égalité, fraternité'."