"Du cynisme à l’aveuglement, il n’y a parfois qu’un pas" : au procès Fillon, le réquisitoire impitoyable contre l'ancien Premier ministre

François Fillon et son épouse Penelope (à gauche) arrivent au tribunal de grande instance de Paris, pour les réquisitions, le 10 mars 2020.
François Fillon et son épouse Penelope (à gauche) arrivent au tribunal de grande instance de Paris, pour les réquisitions, le 10 mars 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

Le Parquet national financier a demandé, mardi, cinq ans de prison, dont trois avec sursis, une amende de 375 000 euros et dix ans d'inéligibilité, contre François Fillon.

"Il y a une injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et perçoivent de l'argent public", déclarait François Fillon en septembre 2012, à Poitiers (Vienne). C'est avec ces mots que le procureur financier Aurélien Létocart a introduit son propos, mardi 10 mars. Un réquisitoire implacable et sévère de quatre heures, au terme duquel les deux procureurs financiers ont requis cinq ans de prison, dont deux ferme, à l'encontre de François Fillon. 

Cette sévérité tranche avec la relative clémence dont ils ont fait preuve en réclamant trois ans de prison avec sursis contre son épouse, Penelope Fillon, et deux ans avec sursis contre son ancien suppléant à l'Assemblée, Marc Joulaud. Car leur cible était bien l'ancien Premier ministre. "Du cynisme à l'aveuglement, il n'y a parfois qu'un pas", tacle le magistrat du Parquet national financier (PNF). Le ton est donné.

"Des élus de la République qui se doivent d'être exemplaires"

Le procureur financier ne se prive pas d'évoquer le "statut à part de la classe politique". Mais les temps changent. Aurélien Létocart salue le rôle du PNF dans ce tournant. Et le voilà qui revient sur la genèse de ce qu'on appelle le "Penelopegate" : les révélations du Canard enchaîné, dans son édition du 25 janvier 2017, et l'ouverture d'une enquête préliminaire le jour même. Trois ans plus tard, nombreux sont ceux qui s'étonnent encore de cette rapidité. François Fillon le premier. "Oui", l'ouverture de cette enquête est "inédite", lui répond Aurélien Létocart. "Non", elle n'est pas "surprenante". "Il faut évidemment que les faits présentés par la presse soient caractérisés", souligne-t-il. Pour le représentant du PNF, les débats ont montré qu'ils le sont. 

Pour le procureur financier, il n'y a pas de doute : les activités de Penelope Fillon dans la Sarthe auprès de son mari député et auprès du suppléant de ce dernier, Marc Joulaud, "relèvent davantage de l'impressionnisme que du figuratif". Et les documents fournis par le couple pour attester de la réalité de l'emploi de Penelope Fillon n'ont rien changé. Au contraire. "Ils n'ont fait que traduire en creux l'inconsistance du travail", cingle Aurélien Létocart. Il s'exprime d'une voix forte et claire, mais avec un débit rapide. Lance de temps à autre des coups d'œil au pupitre posé devant lui. Et avec ses formules ironiques, amuse par moments le public.

"Venons-en à la clé de voûte de la défense : l'atteinte supposée à la séparation des pouvoirs, érigée comme une muraille de Chine", poursuit le procureur financier, qui demande au tribunal de ne pas retenir une "telle conception". Pour appuyer sa démonstration, il cite Montesquieu... mais aussi Bruno Retailleau, sénateur LR, proche de François Fillon. Une manière de dire qu'il a toujours l'ancien Premier ministre dans le viseur. "Les assistants parlementaires sont des salariés comme les autres, employés par des employeurs pas comme les autres : des élus de la République qui se doivent d'être exemplaires", déclame-t-il.

"Ce n'est pas Penelope Fillon qui s'adapte à son contrat, c'est son contrat qui s'adapte à elle"

Jusqu'ici, le représentant du Parquet national financier épargne Penelope Fillon. Mais pas pour très longtemps. "Ce n'est pas Penelope Fillon qui s'adapte à son contrat, c'est son contrat qui s'adapte à elle", lâche-t-il avant de lui attribuer le "rôle social d'un conjoint d'élu", que la défense a fermement combattu pendant les débats. L'avocat de François Fillon, Antonin Lévy, n'avait pas hésité à critiquer "l'archaïsme" du PNF. Une "caricature" que réfute Aurélien Létocart, tout en qualifiant Penelope Fillon de "conjointe d'un homme politique d'envergure nationale, le seul à l'époque dans la Sarthe".

Si le procureur financier reconnaît "l'intérêt" de Penelope Fillon "pour la vie locale", il estime que la réalité est "amplifiée" pour "justifier son activité". "Penelope Fillon était tellement discrète, que ce n'est qu'après l'événement qu'on s'apercevait de sa présence", raille-t-il. Aurélien Létocart n'en a pas terminé. Il dégaine la "paréidolie", cette faculté du cerveau à voir des formes dans les nuages. "Appliqué à Penelope Fillon, cela revient à attribuer un caractère professionnel à la moindre de ses activités, comme rapporter du courrier ou même discuter avec des gens en faisant ses courses."

"Une victime, en quelque sorte consentante"

L'emploi d'assistante parlementaire de Penelope Fillon auprès de Marc Joulaud, entre 2002 et 2007, "a encore moins de consistance", estime le procureur financier, reprenant les mots des juges d'instruction dans leur ordonnance de renvoi. Aurélien Létocart s'entête sur Penelope Fillon, mais il ne faut pas se méprendre : c'est pour mieux atteindre son mari. Car l'épouse du candidat malheureux à la présidentielle de 2017, aujourd'hui retiré de la vie politique, n'est qu'une "victime, en quelque sorte consentante", de ses agissements.

Il apparaît clairement que l'emploi de Penelope Fillon a été imposé par François Fillon à Marc Joulaud et aucun élément ne corrobore l'idée d'une collaboration à trois.Aurélien Létocart, procureur financierdans son réquisitoire

Son confrère, Bruno Nataf, en fait tout autant et tente de préserver la prévenue. "Madame, quand nous avons dit [au début du procès] 'nous avons mal pour vous', ce n'était pas feint", commence-t-il quand il prend la parole après une courte suspension d'audience. Le procureur financier s'en explique : "A la voir incapable de donner chair à ce qu'était son activité, (on peut) être en empathie avec elle". "C'est encore pire ce que vous venez de dire !", s'insurge depuis les bancs de la défense Pierre Cornut-Gentille, l'avocat de Penelope Fillon.

"François Fillon, étonné de ce qu'il a pu nous dire"

Dans la ligne de mire de Bruno Nataf, il y a aussi François Fillon. Le procureur financier ne s'attarde pas sur les emplois d'assistants parlementaires des aînés du couple, Marie et Charles Fillon. Sur cet aspect du dossier, il ne requiert ni peine ni relaxe, mais préfère s'en remettre à "l'appréciation" du tribunal. Il évoque encore le travail de Penelope Fillon à la Revue des deux mondes, qu'il considère comme "totalement fictif". Et garde le meilleur pour la fin : "Comme un homme politique ne croit jamais ce qu'il dit, il est étonné quand il est cru sur parole." Une citation du général de Gaulle, l'"un des maîtres à penser de François Fillon". "Nous, nous croyons que François Fillon est étonné de ce qu'il a pu nous dire depuis quinze jours", ajoute, en résonance, Bruno Nataf. 

Aurélien Létocart préfère conclure avec, à nouveau, des propos de François Fillon, tenus cette fois en juillet 2014 : "La politique, cela ne sert pas à se servir, mais à améliorer le quotidien de gens." "Cela en serait cocasse, si ce n'était pas cynique, voire tragique", grince-t-il. "Ce n'est pas du droit, c'est de la politique, de la pure politique pénale", réagit le conseil de François Fillon à la sortie de l'audience. "Je m'attends à des réquisitions de mauvaise foi, sans doute excessives, sur lesquelles il sera utile qu'on puisse répondre", avait prédit Antonin Lévy dès lundi. L'avocat et ses confrères de la défense auront toute la journée de mercredi pour plaider. 

Vous êtes à nouveau en ligne