DIRECT. La propriété de François Fillon dans la Sarthe a été perquisitionnée vendredi

François Fillon, samedi 4 mars 2017 lors d\'un meeting à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).
François Fillon, samedi 4 mars 2017 lors d'un meeting à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). (MAXPPP)

C'est un week-end crucial pour le candidat de la droite, qui espère mobiliser ses partisans alors que les pressions s'accentuent au sein de son parti pour imposer Alain Juppé. 

L'enquête sur les emplois présumés fictifs accordés aux proches de François Fillon continue. Une perquisition a eu lieu vendredi dans la propriété sarthoise du candidat de droite, le manoir de Beaucé, près de Sablé-sur-Sarthe, a confirmé samedi 4 mars une source judiciaire au service police-justice de franceinfo. Une mauvaise nouvelle de plus pour François Fillon, qui fait toujours face à des démissions en cascade à la veille du rassemblement de soutien organisé au Trocadéro.

Hidalgo demande à Fillon de renoncer à son rassemblement. La maire socialiste de Paris, Anne Hidalgo, a appelé samedi le candidat de la droite à renoncer à son rassemblement de dimanche au Trocadéro. Dans un message publié sur Facebook, elle a qualifié l'évènement comme "un acte grave de faillite morale et politique" qui "ne devrait pas avoir droit de cité à Paris".

Les poids lourds de LR réunis lundi. Le comité politique des Républicains, créé à l'issue de la primaire de la droite et qui regroupe les ténors du parti, doit se réunir lundi afin "d'évaluer la situation", a indiqué samedi 4 mars la formation de droite dans un communiqué. Le candidat à l'élection présidentielle fait face à des démissions en cascade, mais tenait ce samedi un meeting à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) pour mobiliser ses soutiens. 

Aucune banderole autorisée. Pour assurer la sécurité du rassemblement du Trocadéro, les organisateurs ont indiqué à la préfecture de police de Paris qu'ils s'occuperont du "filtrage" des participants, avec le soutien d'une société privée. L'équipe du candidat précise que "seuls les drapeaux tricolores seront autorisés". Aucune banderole ni panneau ne sera admis. 

23h51 : C'est la justice française qui s'est saisie du dossier, @anonyme. Le parquet de Nanterre a demandé et obtenu la levée de l'immunité parlementaire de Marine Le Pen, qui était protégée grâce à son statut d'eurodéputée contre ces poursuites.

23h50 : Qui va juger Marine Le Pen dans l'affaire des photos atroces de Daesh? Est ce que ce sera au niveau national ou européen ?

23h23 : Les soutiens à François Fillon se font aussi plus rares au niveau local. Dans une tribune, le député européen Renaud Muselier et 46 conseillers régionaux LR de PACA appellent à un retrait du candidat de la droite. France Bleu Provence nous en dit plus.

23h15 : Jean-Christophe Cambadélis montre les dents. Le patron du PS a indiqué aux élus socialistes qui ont accordé leur parrainage à Emmanuel Macron qu'ils seraient prochainement exclus du parti. Il le leur a annoncé dans un courrier révélé par Le Figaro.

22h37 : Contrairement à ce qu'indiquaient Le Lab et L'Opinion en début de soirée, Christiane Taubira ne devrait pas devenir porte-parole de Benoît Hamon. L'équipe du candidat de gauche a démenti l'information auprès de notre confrère de France Inter Cyril Graziani.

22h32 : Ce n'est pas (encore ?) un lâchage, mais une franche critique. Dans une interview à paraître demain dans Nice-Matin, Christian Estrosi appelle François Fillon à renoncer à l'organisation du rassemblement prévu au Trocadéro dimanche. "Ce rendez-vous donne l'impression d'un défi aux institutions de notre pays, et cela n'est pas possible", dit-il.

22h20 : Sans surprise, l'épisode du jour de "Vu", l'actu vue façon zapping, est largement consacré à la cacophonie autour de la candidature de François Fillon.



(FRANCEINFO)

22h04 : Comme sa vice-présidente Marielle de Sarnez l'avait indiqué, François Bayrou confirme que le MoDem ne changera pas de cap si Alain Juppé devait finalement être candidat à la présidentielle. "Moi j'ai de la stabilité dans les choix que je fais", a-t-il indiqué à France 3.

21h30 : "Beaucoup sont inquiets. Ils sentent bien qu'on va perdre. Ils sentent bien qu'il y a une possibilité encore de gagner, de sauver l'alternance. C'est cette solution-là que nous appelons de nos vœux."

Proche de Bruno Le Maire, Franck Riester fait partie des nombreux élus qui ont choisi de quitter la campagne de François Fillon. Il s'en explique auprès de franceinfo.

21h15 : Interrogé sur France 2 à propos de l'identité d'un éventuel plan B, l'ex porte-parole de François Fillon Thierry Solère a été catégorique : "Alain Juppé est la seule solution".



(FRANCE 2)

21h01 : Vincent Chriqui, prochain directeur de campagne de François Fillon, n'est pas une tête d'affiche du parti Les Républicains. Proche du candidat depuis 2002, il est maire de la commune de Bourgoin-Jallieu (Isère). Nos confrères de France Bleu Isère dressaient son portrait en novembre.

20h56 : Dans un communiqué, l'équipe de campagne de François Fillon confirme la démission de Patrick Stefanini du poste de directeur de campagne. "Patrick Stefanini sera en responsabilité jusqu'à l'issue du grand rassemblement populaire de dimanche place du Trocadéro. Il sera remplacé lundi matin à la direction de campagne par Vincent Chriqui", précise le texte.

20h44 : Cette valse à trois temps concernant la démission finalement avérée du directeur de campagne de François Fillon suscite l'ironie sur les réseaux sociaux.

20h41 : Le directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, indique à Libération que sa démission est "irrévocable", mais qu'elle ne prendra effet que "dimanche soir", à la demande du candidat.

20h39 : "Patrick Stefanini a repris sa lettre et est en ce moment au travail au QG. Nous sommes combatifs."

Le candidat Les Républicains indique que la lettre de démission de son directeur de campagne publiée par le JDD est caduque.

20h39 : Le directeur de campagne de François Fillon, Patrick Stefanini, a bien présenté sa démission, mais s'est depuis rétracté, indique le candidat de la droite à l'AFP.

20h17 : "François Fillon est un homme d'Etat, j'en suis certain. Mais on ne peut pas être candidat à la présidentielle si on ne respecte pas sa parole. (...) Il peut rester candidat, mais sa responsabilité sera immense devant l'Histoire"

20h11 : Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, a expliqué à France Télévisions les raisons du retrait du soutien de son parti à François Fillon.



(FRANCE TELEVISIONS)

20h07 : "Je pense qu'il vit cela comme une injustice. Mais il doit savoir qu'on ne doit pas mettre en cause l'institution judiciaire. La justice est la même pour tous, en France."

Thierry Solère appelle les poids-lourds des Républicains à se réunir pour trouver une solution de secours.

20h04 : "La raison, c'est la mise en examen de François Fillon. (...) Il n'est aujourd'hui pas en capacité de mener les couleurs de la droite et du centre à la présidentielle"

Le député LR, organisateur de la primaire de la droite, revient sur sa démission de l'équipe de campagne de François Fillon.

19h59 : Thierry Solère, porte-parole principal de François Fillon qui a annoncé sa démission ce matin, est l'invité du 20 heures de Laurent Delahousse. Suivez son interview en direct sur franceinfo.

19h57 : Benoît Hamon va pouvoir compter sur un renfort de poids. Selon L'Opinion et Europe 1, Christiane Taubira va devenir porte-parole du candidat du PS et d'EELV.

19h49 : Cheville ouvrière de la victoire de François Fillon à la primaire de la droite, Patrick Stefanini avait également un rôle clé dans la campagne de Jacques Chirac en 1995, et dans celle de Valérie Pécresse lors des régionales de 2015. Notre journaliste Sophie Brunn avait dressé son portrait.



(WITT/SIPA)

19h54 : Dans sa missive, Patrick Stefanini indique vouloir démissionner car il s'estime "minoritaire au sein de [son] équipe" après l'annonce par François Fillon du maintien de sa candidature malgré sa probable future mise en examen. Il dit aussi vouloir quitter son poste car la "victoire n'est pas certaine".

19h43 : Fillon joue son dernier va-tout dimanche avec son rassemblement mais force est de constater qu'il est plus seul que jamais

19h39 : Je crois qu'avec le depart de son directeur de campagne, le sort de Fillon est scellé.

19h38 : Le JDD ne précise pas si François Fillon a accepté la démission de son directeur de campagne.

19h37 : Patrick Stefanini, directeur de campagne de François Fillon, a présenté sa démission ce matin au candidat du parti Les Républicains, indique le Journal du Dimanche.

19h30 : Vos deux questions se rejoignent, et @anonyme. Le parlement européen a en effet levé l'immunité parlementaire dont peut se prévaloir Marine Le Pen en tant qu'eurodéputée dans l'affaire de la publication sur son compte Twitter d'images de propagande de Daesh. Mais attention : la levée d'immunité ne concerne que cette enquête et pas celle sur des soupçons d'emplois fictifs d'assistants de députés de son parti.

19h28 : Que se passera-t-il si elle refuse de se rendre à la convocation des juges après que le parlement ait voté la levée de son immunité parlementaire ?

19h28 : Comment se peut il qu'un justiciable puisse refuser de se presenter a une convocation du juge d'instruction ? Ou alors pourquoi le juge le concoque t il donc ?

19h21 : L'avocat de Marine Le Pen confirme que sa cliente, convoquée par les juges dans l'affaire des emplois fictifs d'assistants au Parlement européen, ne se rendra pas à sa convocation.

19h11 : Des sources proches du dossier citées par l'AFP indiquent effectivement que Marine Le Pen a été convoquée par des juges en vue d'une éventuelle mise en examen dans l'affaire des emplois présumés fictifs d'assistants parlementaires européens. La candidate aurait d'ores et déjà fait savoir qu'elle ne comptait pas se rendre à la convocation des juges, de même source. Notre rédaction cherche en ce moment même à confirmer cette information.

19h10 : Marine Le Pen a-t-elle été convoquée chez les juges ?

19h07 : Michèle Alliot-Marie n'est pas contente. Les avocats de l'ancienne ministre et candidate à l'élection présidentielle estime qu'Emmanuel Macron a piqué son slogan de campagne, "Retrouver l'esprit de conquête", dans sa nouvelle signature "Retrouver notre esprit de conquête pour bâtir une France nouvelle". Elle demande au candidat d'En Marche de cesser immédiatement son utilisation.

Vous êtes à nouveau en ligne