DIRECT. Le procès de François et Penelope Fillon renvoyé à mercredi, en raison de la grève des avocats contre la réforme de leur régime de retraite

L\'ancien Premier ministre François Fillon et son épouse, Penelope Fillon, le 20 mars 2017 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis). 
L'ancien Premier ministre François Fillon et son épouse, Penelope Fillon, le 20 mars 2017 à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).  (PATRICK KOVARIK / POOL / AFP)

Toute la matinée, des avocats grévistes ont bloqué les entrées du tribunal, avant d'être délogés vers midi. Une demande de renvoi a été déposée à l'ouverture du procès, par "sympathie" pour le mouvement de protestation.

Le procès de François Fillon, de son épouse Penelope Fillon et de l'ancien suppléant à l'Assemblée nationale Marc Joulaud devait débuter au tribunal correctionnel de Paris, lundi 24 février, mais il a été reporté à mercredi en raison d'un mouvement de grève des avocats. Le tribunal a fait droit à une demande de renvoi déposée par la défense, qui sollicitait le report de la première journée du procès, en soutien à la grève des avocats contre la réforme de leur régime autonome de retraite. Le planning du procès, initialement prévu jusqu'au 11 mars, sera modifié en conséquence, a précisé la présidente du tribunal.

Des emplois fictifs ? La justice s'est saisie de cette affaire le jour des premières révélations d'une longue série, le 25 janvier 2017 dans Le Canard enchaîné. Les juges d'instruction, qui ont enquêté pendant plus de deux ans, ont acquis la conviction que Penelope Fillon, 64 ans, avait bénéficié d'emplois dits "fictifs" d'assistante parlementaire auprès de son mari député, mais aussi auprès de son suppléant dans la Sarthe, Marc Joulaud.

 Soupçons de détournement de fonds publics. François Fillon est renvoyé devant le tribunal correctionnel de Paris principalement pour "détournement de fonds publics", à l'instar de Marc Joulaud, son ancien suppléant à l'Assemblée nationale. Penelope Fillon est quant à elle jugée pour complicité et recel de ce délit.

L'Assemblée nationale réclame plus d'un million d'euros. < Seule partie civile au procès, l'Assemblée nationale demande "le remboursement des sommes versées au titre de rémunérations, si jamais la juridiction considère que l'emploi est fictif", selon son avocat Yves Claisse. Entre 1998 et 2013, plus d'un million d'euros d'argent public a été "détourné", assurent les enquêteurs.

Des poursuites également pour abus de biens sociaux. Les époux Fillon sont également jugés et pour complicité et recel d'abus de biens sociaux dans le cadre de l'emploi de Penelope comme conseillère littéraire au sein de La Revue des deux mondes.

Une reconversion dans la finance. Après ces affaires et son échec à l'élection présidentielle, François Fillon, 65 ans, a quitté la politique. Reconverti dans la finance, il assure que "les preuves" de la réalité du travail de son épouse "seront apportées durant le procès".

Vous êtes à nouveau en ligne