Emplois fictifs : François et Penelope Fillon font appel de leur condamnation

François et Penelope Fillon lors de leur arrivée au tribunal de grande instance de Paris, le 10 mars 2020.
François et Penelope Fillon lors de leur arrivée au tribunal de grande instance de Paris, le 10 mars 2020. (THOMAS SAMSON / AFP)

L'ancien Premier ministre a été condamné à 5 ans de prison dont deux ferme, une amende de 375 000 euros et une peine d'inéligibilité de 10 ans. Son épouse a, elle, été condamnée à 3 ans de prison avec sursis.

François et Penelope Fillon reconnus coupables. Le jugement du procès de l'ancien Premier ministre a été rendu lundi 29 juin devant la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris. François Fillon, son épouse Penelope et son ancien suppléant Marc Joulaud ont été reconnus coupables dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs qui avait empoisonné la campagne présidentielle du candidat de la droite en 2017. Au total, les trois prévenus ont été condamnés à rembourser plus d'un million d'euros à l'Assemblée – 401 000 euros pour les époux Fillon et 679 000 euros pour Marc Joulaud. François Fillon écope de la plus lourde peine avec 5 ans de prison dont deux ferme, une amende de 375 000 euros et une peine d'inéligibilité de 10 ans. Dans la foulée, les avocats des époux ont annoncé qu'ils faisaient appel de leur condamnation.

Le tribunal correctionnel a décidé de rendre son jugement en début d'après-midi, après avoir tacitement rejeté les demandes de réouverture des débats présentées par la défense pour faire la lumière sur d'éventuelles pressions pendant l'enquête. En effet, l'ancienne cheffe du parquet national financier (PNF), Eliane Houlette, a fait récemment état de "pressions" du parquet général au cours de l'enquête sur les emplois fictifs dont aurait bénéficié Penelope Fillon. Des déclarations interprétées par le camp de l'ex-candidat à la présidentielle comme l'aveu de pressions politiques pour le faire tomber. Et qui ont poussé Emmanuel Macron à saisir, pour avis, le Conseil supérieur de la magistrature (CSM).

Les époux Fillon font appel. François et Penelope Fillon ont immédiatement fait appel de leur condamnation, ont annoncé leurs avocats. Antonin Lévy, le conseil de l'ancien Premier ministre, parle d'un jugement "qui n'est pas juste". "Il y aura un nouveau procès", a-t-il promis. Pierre Cornut-Gentille, l'avocat de Penelope Fillon, a dénoncé une peine "sévère"

Des "pressions" procédurales. Après le tollé suscité par ses propos, tenus lors d'une audition devant la commission d'enquête parlementaire sur l'indépendance de la justice, Eliane Houlette, première femme à avoir dirigé le PNF jusqu'à son départ en juin 2019, a dit "regretter" que ses paroles aient été "déformées". Elle a ensuite précisé que lesdites pressions ne portaient "pas sur les faits reprochés à M. Fillon ni sur le bien-fondé des poursuites", mais qu'elles "étaient d'ordre purement procédural". Le CSM est chargé de "lever tout doute sur l'indépendance et l'impartialité de la justice dans cette affaire".

Le parquet avait requis cinq ans de prison, dont deux ferme, contre François Fillon. L'ancien Premier ministre, tout comme Penelope Fillon et Marc Joulaud, se sont efforcés de démonter les accusations qui pesaient contre eux tout au long des débats, qui se sont tenus du 26 février au 11 mars. Au terme d'un réquisitoire impitoyable, le Parquet national financier avait requis cinq ans de prison, dont deux ferme, et dix ans d'inéligibilité contre l'ex-chef du gouvernement, trois ans avec sursis contre sa femme et une amende de 375 000 euros chacun. La défense avait plaidé la relaxe générale.

Vous êtes à nouveau en ligne