Affaires Le Pen et Fillon : pour Hamon, "il y a un sérieux soupçon de triche, il est normal que la justice fasse son travail"

Benoît Hamon invité de la matinale grand format le 27 février 2017.
Benoît Hamon invité de la matinale grand format le 27 février 2017. (Radio France / Anne Audigier)

Invité sur France Inter, lundi, Benoît Hamon a défendu le travail de la justice dans le cadre des enquêtes visant les candidats du Front national et Les Républicains. Il estime que "le débat de la présidentielle est devenu médiocre parce qu’il est saturé" par les affaires.  

Benoît Hamon s’est dit d’accord, lundi 27 février sur France Inter, avec le garde des Sceaux, Jean-Jacques Urvoas, pour qui "rien ne justifie" une pause des enquêtes judiciaires sur les candidats à l’élection présidentielle pendant la campagne. "Il a raison, c’est l’indépendance de la justice", a affirmé Benoît Hamon, le candidat socialiste.

C’est incroyable d’entendre Marine Le Pen et François Fillon mettre en cause les magistrats comme s’ils s’immisçaient dans le calendrier politiqueBenoît Hamonà franceinfo

Un débat de la présidentielle devenu "médiocre"

"Y-aurait-il des magistrats dans la campagne si François Fillon n’était pas suspecté d’avoir fait un emploi fictif pour sa femme, si Marine Le Pen n’était pas suspectée d’avoir fait des faux contrats de travail pour des assistants parlementaires ? La réalité, c'est qu'il y a un sérieux soupçon de triche. Il est normal que la justice fasse son travail", a déclaré Benoît Hamon."La diversion que fait François Fillon sur la guerre civile, c’est grossier. Ça suffit, ce débat-là !"

"La réalité, c’est que le débat de la présidentielle est devenu médiocre parce qu’il est saturé par les problèmes qu’ont Marine Le Pen et François Fillon avec la justice, a poursuivi Benoît Hamon. Je préfèrerais qu’on parle politique économique, travail, perturbateurs endocriniens, vieillissement, et un peu moins des soucis judiciaires de François Fillon et Marine Le Pen."