Affaire Fillon : "J'ai démissionné pour des raisons qui se maintiennent aujourd'hui", dit Thierry Solère

Thierry Solère a démissionné de ses fonctions de porte-parole de la campagne de François Fillon le 3 mars.
Thierry Solère a démissionné de ses fonctions de porte-parole de la campagne de François Fillon le 3 mars. (PATRICK KOVARIK / AFP)

Thierry Solère, ancien porte-parole de la campagne de François Fillon, revient pour franceinfo sur sa démission. Malgré sa décision, il soutiendra le candidat Les Républicains et votera pour lui à la présidentielle.

François Fillon repart en campagne à Orléans mardi 7 mars, après avoir reçu le soutien "unanime" du comité politique du parti Les Républicains lundi 6 mars. "Aujourd'hui, il n'y a pas d'autre alternative que François Fillon" pour "porter le projet" de la droite à l'élection présidentielle, a déclaré le président du Sénat, Gérard Larcher.

Comment regagner la confiance des élus LR et des électeurs ? Les défections se sont multipliées parmi les soutiens de François Fillon depuis l'annonce de sa convocation le 15 mars devant des juges d'instruction en vue d'une probable mise en examen. Parmi elles, celle de Thierry Solère, qui a démissionné de son poste de porte-parole. "J'ai démissionné pour des raisons qui se maintiennent aujourd'hui", a-t-il affirmé mardi sur franceinfo, tout en assurant qu'il "votera" et "soutiendra" François Fillon.

franceinfo : Revenez-vous aujourd'hui sur votre démission ?

Cela ne se passe pas exactement comme ça. Mais je comprends que cela soit difficile à expliquer. On m'a confié l'organisation de la primaire de la droite et du centre, qui a eu lieu le 28 novembre dernier, avec 4 millions et demi de participants et un résultat très tranché en faveur de François Fillon. Ce dernier m'a proposé d'être le porte-parole de sa campagne et je l'ai fait avec beaucoup de plaisir, jusqu'à ce que cette affaire arrive, il y a maintenant plus de cinq semaines. François Fillon avait dit que s'il devait être mis en examen, il ne serait pas candidat à la présidentielle. J'ai porté cette parole-là, et je pense que la parole compte dans la vie politique. J'ai donc remis ma démission à François Fillon de mon poste de porte-parole, parce que je ne peux pas porter la parole de quelqu'un en disant l'inverse de ce que j'ai dit la semaine précédente.

Le comité politique du parti Les Républicains a réaffirmé son soutien à François Fillon. Allez-vous, vous aussi, le soutenir ?

François Fillon est le porteur d'un projet, et ce projet est attendu par de nombreux Français. À la question : est-ce que je voterai pour François Fillon ? La réponse est : 'oui'. Est-ce que je soutiendrai François Fillon ? La réponse est 'oui'. Est-ce que redeviendrai le porte-parole de François Fillon ? La réponse est 'non'. J'ai démissionné pour des raisons qui se maintiennent aujourd'hui. Mais je souhaite sa victoire et je voterai pour lui.

Le trouble suscité par les démêlés judiciaire de François Fillon est-il en train de se dissiper ?

Le trouble existe. Dans tous les sondages, nous sommes à la peine parce que beaucoup de nos électeurs nous ont quittés. Depuis près de six semaines, il est très difficile de faire campagne pour François Fillon. Toute l'actualité quotidienne nous ramène à cette affaire judiciaire. Je suis néanmoins très attaché à la présomption d'innocence. Je donne un grand crédit à François Fillon qui a passé 36 ans de vie politique sans jamais avoir eu la moindre difficulté avec la justice.

Comment remonter la pente ?

Pour cela, il va falloir que le débat de fond sur l'état de notre pays ait lieu. Je ne peux pas penser que dans un pays comme le nôtre, qui est frappé par le chômage, la pauvreté, le terrorisme, on outrepasse un débat de fond pour que les Français puissent, en conscience, choisir un projet et un homme. L'homme, François Fillon, est aujourd'hui dans un calendrier personnel qui l'entrave très largement et qui entrave sa campagne. Maintenant, il prend cette décision de se maintenir, il n'y a pas d'alternative possible, et à une cinquantaine de jours du scrutin, il est bien le candidat des Républicains.

Vous êtes à nouveau en ligne