Affaire du "cabinet noir" : le parquet national financier n'enquêtera pas sur les soupçons dénoncés par Fillon

François Fillon, le candidat de la droite à la présidentielle, à Paris, le 6 avril 2017.
François Fillon, le candidat de la droite à la présidentielle, à Paris, le 6 avril 2017. (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

Plusieurs élus Les Républicains avaient alerté le PNF sur les pratiques de l’Elysée. Selon un courrier, auquel "L'Express" a eu accès jeudi, sa présidente estime que leurs accusations sont "trop imprécises". 

Il n'y aura pas d'enquête sur le présumé "cabinet noir" de l'Elysée. Dans un courrier, auquel L'Express a eu accès jeudi 6 avril, le parquet national financier estime que "les affirmations qu'on y trouve sont trop imprécises et manquent trop d'étai pour pouvoir justifier l'ouverture d'une enquête préliminaire." 

Six élus Les Républicains avaient saisi le PNF, lundi 27 mars, après la parution du livre Bienvenue Place Beauvau, rédigé par trois journalistes d'investigation. Ils réclamaient des investigations judiciaires sur les pratiques de l'Elysée. Ils dénonçaient notamment l'existence d'un "cabinet noir" contre leur candidat François Fillon. Selon la présidente du PNF, "seuls cinq passages sur les 17 relevés dans l'ouvrage en cause concernent d'éventuelles infractions ressortissant de [sa] compétence."

François Fillon avait lui-même évoqué ces soupçons lors de "L'Emission politique", jeudi 23 mars. Il affirmait que ce "cabinet noir" était à l'origine des révélations sur les emplois présumés fictifs de plusieurs membres de sa famille. Des accusations que le chef de l'Etat avait aussitôt balayées en évoquant des "allégations mensongères".

Vous êtes à nouveau en ligne