Emmanuel Macron / François Bayrou : querelles d'états-majors

FRANCE 2

C'est le premier couac depuis son élection de dimanche : Emmanuel Macron doit faire face à la colère froide de François Bayrou, un de ses alliés pour la présidentielle. Le patron du MoDem conteste la liste des candidats "La République en marche" aux législatives. 

Au MoDem, les exemples de candidats pressentis qui n'ont pas eu l'investiture "La République en marche" se multiplient. Alors forcément, les militants sont déçus : "Il y a eu une élue qui était désignée jusqu'à mercredi soir ou mardi soir, et au dernier moment on a su que ce n'était plus elle qui était choisie, mais un ancien socialiste, donc on est très déçus évidemment", confie une militante MoDem.

"Il y a des limites à ne pas franchir"

Après la colère de François Bayrou, les proches d'Emmanuel Macron mettent en garde : "Je lance un avertissement en disant attention, il y a des limites à ne pas franchir, car il y a des conséquences sur le terrain : nos concitoyens (...) ne veulent plus de petits arrangements", a déclaré Jean-Paul Delevoye, président de la commission d'investiture "La République en marche". Y a-t-il eu un accord sur les législatives entre Emmanuel Macron et François Bayrou comme il l'a dit hier ? Ce vendredi matin, Richard Ferrand, le secrétaire général de "La République en marche" est catégorique : "Il n'y a pas d'accord d'appareil." Le soir de son ralliement à Emmanuel Macron, c'est aussi ce qu'affirmait François Bayrou sur l'antenne de France 2.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne