Fillon dévoile les points clés de son programme présidentiel

L\'ancien Premier ministre François Fillon, lors des obsèques de Charles Pasqua aux Invalides, à Paris, le 3 juillet 2015.
L'ancien Premier ministre François Fillon, lors des obsèques de Charles Pasqua aux Invalides, à Paris, le 3 juillet 2015. (MAXPPP)

L'ancien Premier ministre a livré au "Point", mercredi, son "Manifeste pour la France". Objectif : préparer la primaire des Républicains de 2016 dans l'optique de la présidentielle de 2017.

François Fillon avance ses pions. L'ancien Premier ministre a livré au Point son Manifeste pour la France, mercredi 26 août. Dans ce document, il présente les cinq principaux axes de son programme en vue de la primaire des Républicains de novembre 2016 et de la présidentielle de 2017.

"Manifeste pour la France", de François Fillon publié par Lepoint.fr

Parmi les points clés, le Code du travail. François Fillon souhaite "un relèvement des seuils sociaux, une place plus importante laissée à la négociation de branche et donc une réduction du Code du travail aux grands principes de protection des droits fondamentaux des salariés", écrit l'hebdomadaire.

"Accélération"

Il se prononce en faveur du contrat unique et d'une revalorisation du salaire des enseignants au mérite, quand Alain Juppé, lui aussi engagé dans la course à la présidentielle, veut augmenter de 10% le salaire des professeurs du primaire

Dans ce manifeste, intitulé Osons dire, osons faire, l'ancien chef du gouvernement scelle deux années de cheminement programmatique. "Accélération", proclamait-il mardi sur son blog. François Fillon, qui s'est toujours défié des enquêtes d'opinion, veut croire que son programme, à rebours du "réformisme prudent" d'Alain Juppé et nettement plus libéral que les idées avancées par Nicolas Sarkozy, pèsera dans les débats de la primaire, prévue les 20 et 27 novembre 2016.

"A la fin de l'année, lorsque j'aurai atteint une masse critique de propositions, ça va commencer à se cristalliser", affirmait-il dans l'édition de mardi du Figaro.

Vous êtes à nouveau en ligne