Soupçons de corruption au PS : Aubry s'empare du dossier

La première secrétaire du PS, Martine Aubry, lors d\'un point-presse à Lille, le 18 novembre 2011.
La première secrétaire du PS, Martine Aubry, lors d'un point-presse à Lille, le 18 novembre 2011. (ALEXIS CHRISTIAEN / LA VOIX DU NORD / MAXPPP)

La patronne du PS demande une commission d'enquête, après les soupçons de financement occulte de la fédération socialiste du Pas-de-Calais.

Martine Aubry n'a pas voulu laisser traîner le dossier, comme elle avait été accusée de le faire pour l'affaire Guérini. Au lendemain de nouvelles révélations sur le financement présumé occulte de la fédération socialiste du Pas-de-Calais, la première secrétaire du PS a appelé, jeudi 8 décembre, à la mise en place d'une commission d'enquête interne "pour faire toute la clarté et la transparence". Elle a reçu, jeudi dans la soirée, le soutien de la première secrétaire de la fédération PS du Pas-de-Calais, Catherine Génisson.

Cette commission sera présidée par l'ancien ministre Alain Richard, qui avait déjà dirigé une commission d'enquête sur la fédération des Bouches-du-Rhône et sur les soupçons qui pesaient sur son ancien patron, Jean-Noël Guérini. "Elle devra rendre ses conclusions au plus tard dans six mois", précise Martine Aubry. 

Candidat à un septième mandat, le député Kucheida au coeur de l'affaire

Selon des révélations parues dans plusieurs journaux ces derniers jours, la justice a ouvert il y a plusieurs mois une enquête sur un financement présumé occulte du PS. Au coeur de cette affaire, Jean-Pierre Kucheida, député-maire de Liévin depuis 1981 et investi le 30 novembre par les militants - seul candidat, il a recueilli 100 % des suffrages exprimés - pour briguer un septième mandat consécutif.

Ces derniers mois, la chambre régionale des comptes (CRC) avait déjà relevé des anomalies dans la comptabilité de plusieurs sociétés d'économie mixte, comme Soginorpa et Adevia, dont Jean-Pierre Kucheida est respectivement président et vice-président. Selon Le Figaro, la CRC relevait notamment des opérations "susceptibles de constituer un abus de bien social".

Des allégations formellement démenties par l'intéressé, auprès de nos collègues de France 3 - Nord-Pas-de-Calais :

France 3

Selon Le Point, Jean-Pierre Kucheida s'est également servi de la carte bleue de la Soginorpa, société d'économie mixte qu'il préside, pour régler d'importants frais personnels (restaurants, parkings...). Des "ragots (...) diffamatoires", selon Kucheida, qui a indiqué son intention de porter plainte. "Il a pu m'arriver d'utiliser la carte de Soginorpa parce que je n'avais pas la mienne, mais j'ai systématiquement remboursé", précise-t-il dans le quotidien Nord Eclair.

Montebourg avait averti la direction du PS

Soutien de François Hollande pendant la primaire, Jean-Pierre Kucheida, 68 ans, aurait été "balancé" par l'ancien maire de Hénin-Beaumont, Gérard Dalongeville, lui-même poursuivi par la justice pour détournement de fonds publics. Des accusations qu'Arnaud Montebourg a relayées auprès de la direction du PS, dans une lettre envoyée courant novembre, pressant le parti de ne pas investir Kucheida.

En conséquence, Martine Aubry appelle également le parlement du parti, qui se réunit samedi 10 décembre pour investir définitivement les candidats aux législatives, à "geler la désignation de notre candidat dans cette circonscription, dans l'attente des suites judiciaires qui pourraient être données".

Vous êtes à nouveau en ligne