Eva Joly n’a presque pas parlé d’écologie depuis le début de l’année, selon le site Owni.fr

Eva Joly a présenté ses voeux à la presse jeudi 5 janvier, à Paris
Eva Joly a présenté ses voeux à la presse jeudi 5 janvier, à Paris (AFP)

La candidate écologiste à la présidentielle n’a presque pas utilisé les mots "écologie" et "environnement" depuis ses vœux aux Français, fin décembre, a relevé le site Owni.fr, spécialisé dans la culture numérique, jeudi 17 janvier. A relativiser.

La candidate écologiste à la présidentielle n'a presque pas utilisé les mots "écologie" et "environnement" depuis ses vœux aux Français, fin décembre, a relevé le site Owni.fr, spécialisé dans la culture numérique, jeudi 17 janvier. A relativiser.

Eva Joly bouderait l'écologie. C'est le constat que fait Owni.fr, un site spécialisé dans la culture numérique, après avoir analysé les dernières interventions de la candidate.

L'équipe de l'ancienne magistrate a en effet décidé d'axer sa campagne sur des thèmes "qui interpellent les électeurs", comme l'emploi ou l'égalité. Un choix judicieux ?

Selon Owni.fr, qui a analysé les discours de la candidate, les mots "écologie", "environnement" et "nature" n'ont pas été prononcés une seule fois lors de ses vœux aux Français, le 30 décembre.

De fait, l'ancienne magistrate a centré sa campagne sur le "vote juste", préférant parler de justice et d'égalité. Une stratégie choisie en partie en raison du parcours de la candidate, marqué par la lutte contre la corruption.

"L'environnement n'est pas une thématique qui intéresse les Français", remarquait Jérôme Fourquet, directeur à l'Ifop, mercredi 18 janvier, en marge d'un chat organisé par France TV 2012.

Entre le centre et l'extrême gauche, son coeur balance

Ce positionnement profite à ses adversaires, notamment à Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche, qui s'est pris d'une passion pour l'écologie, fait remarquer Owni.

Il convient toutefois de rappeler que la candidate écologiste a accordé une grande importance à la question de la sortie du nucléaire jusqu'à la fin de l'année 2011.

Elle s'était rendue à Fukushima fin octobre et avait même invité François Hollande à la suivre.

Pour autant, Eva Joly a découvert l'écologie quand François Bayrou lui a refusé la tête de liste aux élections européennes en Ile-de-France, affirme Agora Vox, mercredi.