Entreprises : comment relancer l'attractivité du "site France" ?

(Maxppp)

Lors d'un conseil stratégique de l'attractivité, François Hollande va dévoiler ce lundi des mesures pour attirer les investisseurs internationaux en France. Il s'agit de pousser les entreprises étrangères à s'installer sur le territoire. La panoplie d'incitations doit compléter le pacte de responsabilité et renforcer le "choc de simplification", afin d'alléger les contraintes administratives. 

Un conseil stratégique
de l'attractivité se tient ce lundi à l'Elysée, une réunion à laquelle une
trentaine de patrons d'entreprises installées en France sont conviés. A l'issue
du conseil, François Hollande dévoilera des mesures destinées à  rendre le territoire français plus accueillant pour les investisseurs
étrangers.

Une réunion à 850
milliards d'euros

Selon le ministre de l'Economie,
Pierre Moscovici, la réunion "stratégique " prévue à l'Elysée lundi s'organise
avec des patrons venant de l'ensemble du monde et qui pèsent "850 milliards d'euro s".
Il s'agit de les convaincre d'investir en France et de leur rappeler avant tout, le pacte
de responsabilité
 avec la baisse des cotisations patronales à hauteur de 30
milliards. Il sera aussi question de la réforme de la
formation et du "choc de simplification " visant à réduire les procédures inutiles ou coûteuses pour les chefs d'entreprise. 

Une réunion en amont et un
manifeste

Début février, des
patrons de grandes entreprises étrangères présentes en France avaient remis à François Hollande des
propositions pour rassurer les groupes internationaux et plaider la cause des
investisseurs étrangers sur le territoire. Ces propositions étaient issues
d'un manifeste publié en décembre et dont la cinquantaine de patrons
signataires disaient représenter 20.000 entreprises en France. Ils ont réclamé
des allègements de la réglementation sociale et une meilleure stabilité fiscale. 

Des visas moins
compliqués

Comme pour donner un
signe positif et peu coûteux avant la réunion de lundi à l'Elysée, Nicole Bricq, la ministre du Commerce
extérieur a annoncé dimanche la réduction du délai d'obtention des visas pour
les hommes d'affaires étrangers. La ministre a précisé que les délais se calculeraient bientôt en journées et non plus en semaines. 

 "Un homme d'affaires chinois qui veut
venir en France, il lui faut huit semaines
pour avoir un visa, un homme d'affaires russe pour venir en
France, il lui faut trois semaines. On peut le faire beaucoup plus
facilement et parler en jours."

Un signal donné aux Etats-Unis

Comment séduire un
investisseur étranger lorsqu'on fait peur à un entrepreneur français ?
Comment rassurer un groupe international après la taxe à 75% sur les revenus
supérieurs à un million d'euros ? Lors de son récent voyage aux Etats-Unis, François Hollande a donné un signal de confiance en offrant une
accolade à Carlos Diaz, un entrepreneur de la Silicon Valley
. Ce patron
avait suscité la révolte des "pigeons " en 2012, lorsqu'il
avait été question de taxer plus lourdement les cessions d'entreprises. 

Des régions attractives

L'attractivité n'est pas du seul ressort de l'Etat. Les collectivités locales et territoriales ont leur mot à dire et leur carte à jouer pour séduire les investisseurs. Ainsi dans la région toulousaine, il n'est pas question de se satisfaire du seul  "bon vivre" pour attirer patrons et chercheurs. La question de l'attractivité se travaille aussi dans le domaine du marketing. 

Pour préparer la réunion de lundi à l'Elysée, le Premier ministre recevait à dîner dimanche soir les 26 patrons conviés au conseil stratégique de l'attractivité. 

Vous êtes à nouveau en ligne