"Vous faites un one-man-show ou vous voulez discuter ?" : à La Réunion, la visite surprise d'Emmanuel Macron dans un quartier de Saint-Denis

Emmanuel Macron dans le quartie des Camélias à Saint-Denis de La Réunion, le 24 octobre 2019..
Emmanuel Macron dans le quartie des Camélias à Saint-Denis de La Réunion, le 24 octobre 2019.. (RICHARD BOUHET / AFP)

Lors d'une visite surprise en début de journée jeudi dans le quartier rénové des Camélias, les échanges ont parfois été vifs entre Emmanuel Macron et les habitants. Jusqu'au dialogue de sourds.

Jeudi 24 octobre, 9h40, à Saint-Denis : Emmanuel Macron arrive aux Camélias, un quartier populaire rénové. Pour cette visite surprise, au deuxième jour de sa visite à La Réunion, il est guidé par le maire de Saint-Denis, Gilbert Annette, socialiste "Macron-compatible". "Quand c'est trop bien huilé, on ne peut pas sentir les choses et les voir, confie Emmanuel Macron en aparté. J'ai dit hier soir au maire : demain matin, je veux aller aux Camélias, où je peux comprendre un petit peu ce qui marche, ce qui ne marche pas."

C'est surtout autour de ce qui ne marche pas que les échanges tournent. Exemple sur les loyers des HLM. "C'est très difficile, lui explique une retraitée du quartier. Par exemple, moi, j'ai une retraite à peu près convenable mais avec 890 euros de loyer, c'est mort. Moi, je suis obligée de tout calculer, la nourriture, tout..."

"C'est où la place des quartiers ?"

A La Réunion, territoire de plus de 850 000 habitants, 40% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Et le coût de la vie pour un budget moyen de ménage réunionnais est majoré de 7,1% par rapport à la métropole, selon l'Insee. Le niveau de vie est donc au cœur des discussions. L'emploi aussi, alors que près d'un jeune sur deux n'en a pas.

"C'est où, la place des jeunes ? interpelle un habitant. C'est où la place des quartiers ? On n'a pas de réponse !

– Vous avez des élus qui sont à vos côtés, rétorque Emmanuel Macron.

– On a des élus, M. Macron, mais il n'y a pas d'écoute."

"Donc on ramène ça à la plaisanterie"

Le ton monte au fil de la déambulation, les échanges sont vifs, parfois moitié créole, moitié français. Et alors qu'Emmanuel Macron tente un "Il n'y a pas de problème, vous venez vers moi...", à quelqu'un qui lui expose sa situation, un habitant sort de ses gonds. 

"Néna problèm ! s'emporte-t-il en créole. Poukoué ou di pena problèm ?

– Vous faites un one-man-show ou vous voulez discuter ? le reprend Emmanuel Macron. Vous faites un one man show, OK. Mais si vous voulez discuter...

– Donc on ramène ça à la plaisanterie...

– Je vous écoute depuis tout à l'heure, je peux répondre une minute ?

– Allez, vas-y !

– Ça va ? Je comprends très bien que vous soyez fâchés contre la politique et le clientélisme, mais pardon de vous le dire, ça ne me concerne pas, moi", tranche Emmanuel Macron.

Un bain de foule d'une heure et demie au total, mélange de vrai dialogue et de dialogue de sourds.

Emmanuel Macron quartier des Camélias, à Saint-Denis de La Réunion : le reportage de Yannick Falt
--'--
--'--

Vous êtes à nouveau en ligne