VIDEO. Révélations du "Canard enchaîné" sur Richard Ferrand : "Rien à voir avec la moralisation de la vie publique" pour le porte-parole d'En marche

franceinfo

Invité de franceinfo mercredi, Benjamin Griveaux, porte-parole de La République en marche, affirme que les révélations concernant le ministre de la Cohésion des territoires n'ont "rien à voir avec la moralisation de la vie publique" car il s'agissait "d'argent privé".

Le porte-parole de La République en marche, Benjamin Griveaux, a réagi, mercredi 24 mai, sur franceinfo, aux révélations du Canard enchaîné concernant le ministre de la Cohésion des territoires et candidat aux législatives Richard Ferrand. Ce dernier aurait permis à son épouse de réaliser une bonne opération immobilière lorsqu'il était directeur général des Mutuelles de Bretagne.

"Quelle règle a-t-il enfreint ? Aucune"

"On est dans le cadre d'une entreprise privée, il n'y a pas d'argent public qui est en jeu", a notamment argumenté Benjamin Griveaux. "La décision a été prise par le conseil d'administration des Mutuelles de Bretagne et pas par le directeur général. Il ne siège pas au conseil et  il n'a pas de droit de vote."

Pour Benjamin Griveaux, "la moralisation de la vie publique concerne l'argent public. Là, il s'agit d'argent privé. Cela n'a rien à voir." Et il insiste encore : "Quelle règle a-t-il enfreint ? Aucune."

Benjamin Griveaux estime que cette polémique n'entache pas la loi de la moralisation de la vie publique que prépare le garde des Sceaux.

Je comprends que dans la période que nous venons de vivre ça provoque un trouble, mais les faits étaient connus, c'est public

Benjamin Griveaux

à franceinfo

Le porte-parole de La République en marche refuse de parler de "cabinet noir", expression utilisée par François Fillon contre François Hollande pendant la campagne présidentielle, mais souligne que ses révélations tombent une semaine après la nomination du gouvernement Philippe

Cela intervient une semaine après la nomination du gouvernement, manifestement il y a un corbeau. Le papier repose sur une lettre de délation.

Benjamin Griveaux

à franceinfo

Richard Ferrand, le ministre de la Cohésion des territoires, est à la une du Canard enchaîné. L'hebdomadaire rapporte dans son édition de mercredi que les Mutuelles de Bretagne, dont Richard Ferrand était alors le directeur général, ont loué à partir de 2011 des locaux, à Brest, appartenant à une société détenue par sa compagne. Le Canard enchaîné précise que cette pratique n'a rien d'illégal.

Vous êtes à nouveau en ligne