Migrants, murs et accord de Paris : les trois phrases à retenir du discours d'Emmanuel Macron devant l'ONU

Emmanuel Macron à la tribune des Nations unies, le 19 septembre 2017, à New York.
Emmanuel Macron à la tribune des Nations unies, le 19 septembre 2017, à New York. (DREW ANGERER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA)

"Le migrant est devenu le symbole de notre époque", a notament déclaré le président de la République devant l'Assemblée générale de l'ONU, mardi.

Emmanuel Macron fait ses premiers pas à l'ONU. Le président de la République s'est longuement exprimé à la tribune de l'Assemblée générale des Nations unies, mardi 19 septembre, à New York. Au programme : la Syrie, l'Iran, le changement climatique et les migrations. Un discours qui répondait aussi à celui de Donald Trump, quelques minutes plus tôt. Franceinfo vous sélectionne trois phrases à retenir.

"Le migrant est devenu le symbole de notre époque"

Les migrations étaient au cœur du discours d'Emmanuel Macron devant l'ONU. "Le migrant est devenu le symbole de notre époque, a lancé le président de la République. Le symbole d'un monde où aucune barrière ne pourra s'opposer à la marche du désespoir si nous ne transformons pas les routes de la nécessité en routes de la liberté." 

Emmanuel Macron a détaillé les différentes causes de ces déplacements de populations. "Ces migrations sont politiques, climatiques, ethniques. Ce sont à chaque fois, ces routes de la nécessité", a-t-il expliqué. En 2016, 65,6 millions de personnes ont fui des conflits dans le monde. Un nouveau record, selon le Haut commissariat aux réfugiés.

"L'accord de Paris ne sera pas renégocié, nous ne reculerons pas"

Emmanuel Macron a répondu à Donald Trump sur l'accord de Paris. "Cet accord ne sera pas renégocié, il nous lie (...), nous ne reculerons pas", a déclaré le président français, ajoutant néanmoins : "Je respecte profondément la décision des Etats-Unis". "La porte leur sera toujours ouverte", mais les autres Etats signataires continueront "à mettre en œuvre l'accord de Paris", a-t-il insisté sous les applaudissements.

La veille, le président français a de nouveau tenté de convaincre Donald Trump de réintégrer l'accord, misant sur les bonnes relations qu'il a nouées avec son homologue américain. Mais il n'a pas vraiment obtenu de réponse. Avec espoir, il a déclaré, mardi matin, qu'il était "convaincu qu'à la fin, [son homologue] comprendrait".

"Ce ne sont pas les murs qui nous protègent"

La phrase d'Emmanuel Macron était choisie avec soin. "Ce ne sont pas les murs qui nous protègent", a lancé le président de la République depuis la tribune de l'ONU. Une déclaration qui fait écho à la volonté du président des Etats-Unis, Donald Trump, de construire un mur à la frontière avec le Mexique.

Emmanuel Macron a aussi défendu longuement le multilatéralisme, c'est-à-dire la coopération, la concertation entre Etats. Il l'oppose à "la loi du plus fort". Pour lui, "c'est cela [le multilatéralisme] qui construit la paix dans la durée". Une phrase applaudie par l'audience.

Vous pouvez retrouver l'intégralité du discours d'Emmanuel Macron devant l'Assemblée générale de l'ONU dans notre article.