VIDEO. François Hollande défend son bilan au 20 heures de France 2

France 2

L'ancien président de la République est l'invité du 20 Heures d'Anne-Sophie Lapix ce mardi 10 avril, à la veille de la sortie de son livre Les leçons du pouvoir, les mémoires de son quinquennat. François Hollande revient sur son bilan, et adresse quelques leçons à son successeur Emmanuel Macron.

"Dire aux Français ce qu'a été ma responsabilité"

L'ancien président de la République a tenu à justifier l'écriture et la publication du livre Les leçons du pouvoir:  "C'était le sens de ce livre, de pouvoir dire aux Français ce qu'avait été ma responsabilité, mon action, le pouvoir que j'avais exercé dans une période extrêmement éprouvante. (...) J'avais un devoir aussi de regarder si les résultats de l'action de mes gouvernements avaient produit leurs effets, et j'ai pensé que c'était à moi de le dire, et je ne voulais forcer personne d'autre à ma place".

Emmanuel Macron "fait un pari qui n'est pas le bon"

François Hollande n'est pas tendre avec la politique fiscale de son ancien conseiller et ministre : "Lorsqu'il y a un budget qui va mieux, qu'il y a des comptes publics qui sont redressés, il n'est pas nécessaire de demander des prélèvements supplémentaires, et encore moins aux moins favorisés." Et d'ajouter : "Est-ce que vous pensez que c'est parce que vous avez un placement financier que vous investissez dans l'économie réelle ? Non. Il (Emmanuel Macron) fait un pari qui n'est pas le bon". Pour François Hollande, cela ne fait pas de doute quant à son successeur : "Il n'y aura pas de croissance durable s'il y a ce creusement des inégalités".

François Hollande "surpris" par la phrase d'Emmanuel Macron sur la laïcité

"Parler aux cultes, ça fait partie de ce qu'est l'action du président de la République. (...) Là ce qui m'a surpris, ce n'est pas qu'Emmanuel Macron puisse s'adresser aux catholiques, c'est même bien qu'il l'ait fait, mais c'est qu'il ait pu dire qu'il y avait une relation 'abîmée', et qu'elle devait 'être réparée'. Mais comment aurait-elle été abîmée, s'il s'agit du mariage pour tous ? S'il s'agit du remboursement intégral de l'interruption volontaire de grossesse ? S'il s'agit de la fin de vie ? Alors c'était à l'État de dire ce que devait être la loi".

Sur la courbe du chômage

"Elle n'a pas été tenue dans les délais, mais ce qui comptait pour moi c'était de permettre à la France de se redresser de telle manière que le chômage puisse baisser, et il a baissé, et que les emplois ont été créés. (...) Il y avait un contexte très difficile quand je suis arrivé."

Sur la Syrie : "Ne rien faire serait une impunité"

"Il y a eu une nouvelle utlisation des armes chimiques. Des lignes rouges avaient été fixées. Quand une ligne rouge est violée, dépassée, transgressée, la seule réaction possible est une frappe, ou des frappes". Et François Hollande d'ajouter : "Ne rien faire serait une impunité, et cela conduirait Bachar al-Assad à continuer de massacrer son peuple".

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne